Photographier les animaux en ville : le guide

Quand on évoque la photographie animalière, on ne pense évidemment pas d’emblée à la photographie animalière en ville.

La première image qui nous vient en tête est plutôt un animal photographié dans un milieu hyper sauvage, loin de toute influence urbaine.

Et on a raison. Faites le test, recherchez dans Google les photos des mots clés « photographie animalière » et vous verrez qu’aucune photo d’animal sauvage en ville ne ressort.

Bon, finalement, ça parait plutôt logique. Les photographes animaliers, pro comme amateurs, vont chercher la vie animale là où elle est, à priori, la mieux préservée, la plus authentique, la plus abondante : loin des villes.

Pourtant, il y a une chose qu’il ne faut jamais oublier.

La nature a horreur du vide.

Ça n’est pas une phrase bateau balancée comme ça, vite fait. Non. C’est une vérité scientifique, la nature investit les lieux les plus hostiles de la planète, là où on ne s’imagine pas que des animaux puissent prospérer.

C’est le cas des villes. Ok, il ne s’agit pas véritablement des endroits les plus défavorables à l’installation d’une vie sauvage (à l’inverse d’un bon désert aux conditions extrêmes type désert de Gobi). Et en même temps, il existe des lieux bien plus accueillants que ces immenses zones bétonnées et goudronnées.

recherche-google-photo-animaliere-ville

Pourquoi les animaux peuvent vivre en ville

La faune fonctionne par des ensembles d’espèces, vivant en inter-relation, dans un même lieu. C’est ce qu’on appelle des écosystèmes. On pourrait expliquer ça aussi de cette manière : c’est l’ensemble des organismes vivants et de leur environnement non vivant.

Et dans ces écosystèmes, il y a la niche écologique. 

Ce que c’est ? Le rôle, la position d’une espèce en particulier dans son écosystème.

Voici un exemple pour illustrer tout ça.

Ecosystème : une petite mare de campagne. 

Tous les organismes d’une mare sont dépendants les uns des autres mais aussi dépendants du milieu dans lequel ils vivent

  • milieu :
    • eau, vase, terre
    • oxygène, gaz carbonique
  • organismes :
    • végétaux
    • animaux
    • bactéries

Une niche écologique dans la mare

Dans cet écosystème de la mare, il y a une multitude d’organismes vivants, et chacun d’entre eux occupe une position très précise par rapport à cet écosystème, et par rapport aux autres organismes.

Cette position est la niche écologique.

Le gerris, ce fameux insecte qui « marche » sur l’eau occupe une niche écologique claire. Celle du nettoyeur de tout ce qui se trouve à la surface de l’eau … mais aussi celle de proie potentielle d’autres prédateurs.

Aucune autre espèce que le gerris n’est capable de tenir cette place dans la mare : il est le seul à pouvoir « patiner » de la sorte sur l’eau.

Je vous l’ai dit plus plus haut, mais je le répète, la nature a horreur du vide. Conséquence, dès qu’une espèce, pour n’importe quelle raison, ne peut plus occuper sa niche écologique, une autre espèce viendra combler la niche écologique laissée vacante.

C’est là que je peux introduire la notion essentielle qui tient tout ce petit monde, celle d’équilibre.

Pourquoi il y a des animaux sauvages en ville

On pourrait croire que les lieux sur terre occupés à l’extrême par l’homme (centres urbains très denses par exemple) sont vierges de toute nature sauvage.

Pas du tout.

Pour la simple et bonne raison que la ville est un écosystème comme un autre. Avec son ensemble d’organismes vivants (dont l’homme hein !) et d’environnement non vivant.

Et qui dit écosystème dit … niche écologique !

Et qui dit niche écologique dit … faune sauvage.

La nature a horreur du vide (je vous l’ai déjà dit ? 🙂 ) et en plus, la nature aime l’équilibre. C’est pourquoi, n’importe quelle ville, la plus peuplée comme la plus récente ou la plus ancienne abrite en elle une très grande quantité d’espèces vivantes.

Quels intérêts ont-elles à investir les milieux urbains ? Ils sont nombreux :

  • la nourriture (introuvable ailleurs et facile d’accès)
  • l’habitat (typique de ce milieu)
  • la protection de l’homme (malgré lui)
  • des nouvelles niches écologiques qui apparaissent régulièrement (démolitions / reconstructions)

C’est par exemple le cas des … pigeons ! Quel meilleur exemple que celui-ci ? Cette espèce a investit une niche écologique précise : celle des parcs et autres lieux très fréquentés par les promeneurs. Elle y trouve la protection des hommes, comme la nourriture.

Vous savez à présent pourquoi il y a beaucoup d’animaux sauvages dans les villes. Certes, avec une diversité et une quantité moindre que dans la nature. Mais elle est bel et bien présente. 

CC0 Creative Commons

Pourquoi faire de la photographie animalière en ville

Faire de la photographie animalière en ville apporte de nombreux avantages. Je vous propose une petite liste.

  • la plupart des espèces des milieux urbains sont beaucoup plus habituées à la présence des hommes. Le photographe peut donc espérer les photographier de plus près sans les voir fuir à 500 m.

 

  • photographier les animaux en ville offre un gain de temps important ! (à condition d’habiter en ville évidemment). Pas la peine de consacrer des heures en déplacement pour accéder aux zones rurales.

 

  • faire de la photographie animalière en ville permet de créer des images très originales, même avec les animaux les plus photographiés ! Comme un écureuil au pied d’un immeuble au grand angle.

 

  • photographier la faune des villes offre la possibilité de voir sa ville différemment. Beaucoup des espèces « citadines » sont actives quand 99 % des activités humaines sont au ralenti. C’est à dire la nuit. Photographier pendant ces heures où la ville dort change complètement son rapport à la ville

 

  • toute personne a déjà mis les pieds dans une ville. Contrairement à d’autres écosystèmes exotiques, certes extraordinaires, mais le plus souvent inaccessibles pour la plupart d’entre nous. Alors comme on sait tous à quoi ressemble un carrefour de ville, y voir une photo d’animal facilite énormément l’appropriation de la photo par le spectateur.

 

  • orienter vos efforts de recherches et de photos vers les animaux des villes peut aider leurs congénères des campagnes à moins subir la pression des photographes.

Je pense sérieusement avoir fait le tour des raisons pour lesquelles vous devriez photographier les animaux sauvages en ville.

Mais si vous avez d’autres idées, dites-le dans les commentaires ! 🙂

photographie animalière en ville

CC0 Creative Commons

Où faire de la photographie animalière en ville

La photographie des animaux en ville n’échappe pas à la règle n°1 de la photographie animalière.

Il est indispensable de connaitre les lieux urbains susceptibles d’abriter les animaux.

Certaines zones urbaines ont plus d’intérêts que d’autres pour attirer la faune.

Les parcs urbains

Ces endroits sont en quelque sorte les tentatives des hommes de re-créer la nature en plein coeur des villes. Malgré cet aspect artificiel, la faune retrouve des conditions similaires à ce qu’elle peut trouver en campagne … quasiment en mieux !

Il y fait souvent un peu plus chaud, il y a moins de vent, pas de chasse, pas de circulation accidentogène, … bref, voici un endroit parfait pour certains animaux !

  • l’écureuil : il suffit de quelques feuillus et conifères pour avoir de grandes chances d’observer ce petit rongeur
  • le lapin de garenne : il aime particulièrement élire domicile dans les parcs car le sol est meuble. Pratique pour creuser les terriers.
  • le ragondin : il suffit qu’une rivière traverse un parc pour qu’ils soient présents.
  • le hérisson : plus difficiles à observer en raison d’une activité plus discrète, leur présences est quasiment systématique
  • le merle noir : impossible de ne pas rencontrer cet oiseau dans les parcs
  • le pic vert : oui, avec un peu de réussite, on peut voir ce bel oiseau en ville
  • la pie bavarde : ok, ça n’est pas l’espèce qui nous attire d’emblée … et pourtant, son plumage est des plus beaux.

Il va de soi que cette toute petite liste n’est pas du tout exhaustive. Surtout concernant les oiseaux. Plusieurs dizaines d’espèces d’oiseau peuplent les parcs urbains.

Les lieux calmes

Le deuxième type d’endroit favorable à la présence d’animaux sauvages en ville sont ceux où l’homme ne va guère.

Oui, il y a des endroits très peu fréquentés, à l’abri de toute circulation, de toute nuisance sonore. Ce sont les cimetières. 

Ça n’est pas l’endroit dont on rêve en premier pour faire de la photographie animalière. Mais force est de constater que la tranquillité inhérente à ce lieu favorise la présence de certaines espèces.

Le renard en tête.

Il va sans dire que photographier dans un tel endroit demande d’infinie précautions. Je ne saurais trop vous conseiller de vous mettre en relation avec les services compétents.

photographie animalière en ville

CC0 Creative Commons

Quand photographier les animaux en ville

Le matin très tôt et le soir. Pile quand les activités humaines sont en pause. Et que les hommes ont pris possession de leurs habitations.

Remarquez que ça ne change pas de ce que vous pouviez faire à la campagne !

De magnifiques photos ont été prises en pleine nuit, à la lumière des lampadaires et autres éclairages nocturnes. Mais très souvent avec l’apport de lumière de flashs. Ça demande du matériel et pas mal de savoir faire.

C’est pourquoi je vous conseillerais de concentrer vos efforts surtout le matin, au moment du lever de soleil. C’est souvent à ce moment que l’activité animale est la plus importante. Les rues, les trottoirs, les allées, les cours sont encore vides de monde, les animaux en profitent !

Alors même s’il est tentant de rester au chaud sous la couette, faites-vous violence pour sortir aux aurores. De toute façon, même si vous en rencontrez pas un animal, vous découvrirez votre ville sous un nouveau jour !

photographie animalière en ville

CC0 Creative Commons

Comment trouver les animaux sauvages en ville ?

Autant à la campagne, recherche la présence d’un animal est déjà une activité intéressante en soi, autant le faire en ville est, à mon avis, plus problématique.

Enquêter sur les indices de présence de la faune urbaine est compliqué. Les lieux de passages répétés sont moins visibles, les crottes ont une durée de vie plus courte (nettoyages possibles) .

Alors comment faire pour ne pas  devoir arpenter toutes les rues d’une ville la nuit en espérant croiser la route d’un animal ?

Il suffit d’utiliser les ressources locales. Il n’y en a pas des milliers, mais celles disponibles sont très efficaces.

Le secret réside dans le fait de demander aux personnes fréquentant quotidiennement les mêmes endroits.

  • les employés des services entretiens (je pense à ceux qui conduisent les engins de nettoyage)
  • les chauffeurs de taxis.
  • les chauffeurs de bus.

Vous n’avez qu’à vous présenter en tant que photographe réalisant un reportage sur la faune urbaine. Ça fonctionne toujours très bien et vous serez surpris des résultats !

Photographie animalière en ville

Pas la peine de choisir un taxi aussi vieux hein ! CC0 Creative Commons

Le mot de la fin

L’une des principales raisons qui explique une photo animalière réussie est de retourner le plus possible au même endroit (à condition bien sur d’être certain de la présence d’un animal).

C’est valable pour la faune des campagnes, mais aussi pour celle des villes.

Mon conseil pour terminer est alors assez simple. Ne vous dispersez pas. Focalisez-vous sur une espèce en particulier, sur un lieu en particulier, sur un projet en particulier.

Les visites fréquentes vous aideront à fatiguer la chance, comme le disait le célèbre naturaliste Robert Heinard.

Enfin, je vous conseille de voir cette vidéo de Fabien Wohlschlag dans laquelle il explique comment il a photographié des renardeaux en pleine ville : Cliquez ici

Dernière chose, j’avais fait une vidéo il y a 3 ans à ce sujet. Cliquez ici pour la voir.

19
Participez à la discussion ou posez votre question !

avatar
10000
10 Fils de commentaires
9 Réponses aux fils de discussion
0 Followers
 
Commentaire le plus commenté
Le fil de commentaires le plus chaud
11 Auteurs
StéphaneMarie ClaudeDavidPierretteJean Paul Auteurs récents
  Être prévenu ...  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Être prévenu ...
Stéphane
Invité

Bonjour Régis. je vais te taquiner… Contrairement à d’habitude, il y a des photes d’orthographe dans ton texte. Vu ton ancien métier c’est surprenant. Tu retirera donc le r de trop à « marre » lorsque tu le pourras. Sinon, c’est une bonne idée cet article.

Marie Claude
Invité

Bonjour Régis,
Je suis ravie de voir enfin un photographe qui s’intéresse aux animaux en ville, tous les articles commentés sur des prises de vues en campagne, montagne ou autre, n’en parle jamais, j’ai l’impression d’être une photographe à part.
Nous avons pas tous la chance de pouvoir se déplacer (pas de voiture) par conséquent, j’ai hâte de lire ce guide.
Un grand merci.

Pour les cours sur le bien être de regarder la nature, es qu’ils ont déjà commencé, car je n’ai rien reçu, ma boîte mail a été piratée.

Si bientôt les vacances, je te souhaite de bonnes vacances et bonnes prises de vues

A bientôt

David
Invité
David

Salut Régis,

Un petit mot pour te remercier pour ton mail d’hier sur la faune en ville. Ca m’a énormément motivé et ça m’a donné envie de me lancer dans un nouveau projet Photographique! Je suis bien évidemment passionné d’animaux et de nature et je préfère observer la faune à l’état sauvage. Mais je trouve extrêmement intéressant d’observer comment les animaux arrivent à investir les villes. D’autant plus que je travaille dans un bureau d’architecture qui est vraiment très sensible à l’environnement. Et de me lancer dans un projet qui va consister à trouver des traces d’animaux dans ma ville (Lausanne, en Suisse) va me permettre d’allier tout ce qui me motive au quotidien (animaux, photographie et architecture/Urbanisme). J’ai d’ores et déjà commencé mes recherches (je suis d’ailleurs de nombreuses fois tombé sur des renards en rentrant de soirées alors que j’habite en plein centre ville)!

Très bonne journée et à tout bientôt!

Pierrette
Invité
Pierrette

A Lyon, nous avons un gros avantage avec le Parc de la Tête d’Or car il y a eu es aménagements de faits pour que l’on puisse voir les animaux sauvages sans grillage et parfois en liberté. Et puis il y a tous les petits animaux comme certains oiseaux et des écureuils dès que l’on s’éloigne des zones trop fréquentées par le public.
En tout cas merci pour tous ces articles toujours très instructifs et intéressants

Jean Paul
Invité
Jean Paul

Bonjour Pierrette
en effet à Lyon nous avons ce grand Parc de la Tête d’Or où l’on peut voir une faune magnifique et variée comme la flore sauvage ou entretenue comme les roseraies et les serres exotiques où l’on peut faire de jolies macros, mais il y en d’autres comme le Parc de Parilly, où l’on peut observer des écureuils, des pics et d’autres oiseaux, nous avons le Parc de Miribel/ Jonage… dans certaines communes des parcs ont été aménagés avec des espace pour les enfants et une partie « sauvage » ont l’on peut rencontrer des écureuils, des pics, des mésanges, des étourneaux sansonnet ….et même assister aux nourrissages pour certaines espèces ( en restant bien à distance), c’est le cas dans ma commune de Genas où plusieurs parcs ont été aménagés de cette façon .
Bonne journée, bonnes photos, et peut-être à bientôt sur une sortie photos
Jean Paul

Jean Paul
Invité
Jean Paul

Bonjour Régis
Merci pour cet article très intéressant comme d’habitude, c’est vrai les gens ne pensent pas toujours que la la ville peut dévoiler certaines scènes de la vie animalière sauvage. Je me souviens de certaines scènes, que j’ai prise à mes débuts en photo animalière à l’époque j’avais un 70/140 et après j’ai investi dans un 80/200 suite à ces scènes, j’étais en immeuble et du début de l’automne jusqu’au printemps les donnaient à manger aux mouettes en leurs jetant des morceaux de pain qu’elles venaient récupérer en vole donnant lieu à de belles situations et même parfois à des « scènes de combats » c’était jolie surtout en hivers avec un ciel bleu..
Ma dernière expérience dans ce domaine c’était avec un écureuil dans un parc public.Aujourd’hui je suis à la campagne et je vais très peu en ville sauf pour le matos photo et me promener dans certains parcs urbains.
Merci pour le partage

Patrick
Invité
Patrick

Régis merci pour tes articles
J’ai un nichoir sur mon balcon donnant sur un parc. Des mésanges viennent y faire leur nid et avoir des petits.
mais pour le prendre en photos je suis derrière ma baie vitrée qui est fermée pour ne pas effrayer les oiseaux. mais je ne suis pas satisfait de mes photos à cause de la vitre y a t il un remède? merci pour ta réponse

Jean-Jacques
Invité
Jean-Jacques

Je confirme, mais c’est plus facile dans certaines villes, exemple Edinbourg où il est ultra facile de photographier des hérons et autres fuligules. Quant aux moineaux, l’exposition n’est pas toujours si facile que ça à cause du contraste, donc bonne expérience.

ThierryWildLifePhotographer
Invité

Comme d’habitude, un bel article, une belle vidéo de de Fab , il y a aussi un photographe Belge « La minute sauvage » qui fait pas mal de ville et des vidéos sympas
https://www.youtube.com/channel/UCgfhAkR1fcMDQG-5zWOjVgQ/featured
Comme dit dans un commentaire, j’ai commencé dans mon quartier, ma cours, avec des moineaux, chez nous nous avons même des oies canadiennes en ville ….

Neimad
Invité
Neimad

Bonjour ! Chez moi il n’y a que les pigeons et les moineaux ! C’est trop dommage !

ThierryWildLifePhotographer
Invité

il y a de très belles choses a faire avec les moineaux, j’ai commencé avec eux chez moi, et continue de temps en temps pour tester des réglages, les voir jouer se battre pour un insecte un brin d’herbe …

Adrien
Invité

Très bon article ! J’ai moi-même commencé la photographie nature alors que j’habitais en plein centre-ville de Paris et c’est un très bon exercice pour les débutants, car les animaux sont beaucoup plus faciles à approcher. Certes on ne va pas croiser un chevreuil, mais il y a largement de quoi faire quand même.

Ne pas oublier aussi la macrophotographie, beaucoup d’insectes sont présents dans les parcs, notamment les agrions si il y a un plan d’eau.