Sélectionner une page

Pour le onzième épisode de l’émission Une Question / Une Réponse, je fais vous explique en détail comment faire pour bien photographier le rouge-gorge. 

Vous pouvez retrouver les précédents épisodes ici.

Pour synthèse, voici une photo du tableau blanc. Pour la télécharger, pensez à faire un clic droit > enregistrer sous.


TÉLÉCHARGEZ MON NOUVEAU GUIDE GRATUIT : 

Cliquez directement sur l’image 😉


photographier-rouge-gorge

Quelques photos de rouge-gorge

photographier-le-rouge-gorge1

photographier-le-rouge-gorge2

photographier-le-rouge-gorge3

photographier-le-rouge-gorge4

Transcription texte de la vidéo

Bonjour à tous et bienvenue pour ce 11 ème épisode de l’émission vidéo du blog Auxois Nature Une Question / Une Réponse.

Aujourd’hui la question est toute simple : comment faire pour photographier le rouge-gorge. ? Et cet épisode inaugure d’ailleurs une petite série où je vous expliquerai comment photographier les animaux sauvages courants de chez nous. Et c’est le rouge gorge qui commence !

Alors à chaque fois il y aura le même cheminement, que vous devez d’ailleurs toujours suivre pour optimiser vos chances de réussite quelque soit l’animal photographié :

  1. où trouver l’animal, comment l’identifier
  2. quand le photographier
  3. quel est son comportement
  4. avec quoi le photographier
  5. comment le photographier

Etape 1 : où trouver le rouge-gorge et comment le reconnaitre ?

J’ai voulu commencer avec le rouge-gorge car c’est une espèce très courante. On le trouve partout : dans les forêts, les parcs, les bocages, les jardins, à la campagne, en ville. Il y en a un forcément près de chez vous.

Est-ce que je dois vous expliquer comment le reconnaitre ? Allez vite fait : la poitrine et la face rouge-orangé, les parties inférieures dans les blancs sales et le dos plutôt gris. Il a des pattes fines et un court bec. Je vous fais écouter son chant car c’est important pour pouvoir repérer l’oiseau.

Etape 2 : quand le photographier ?

Le rouge gorge est présent en France, en Belgique et en Suisse toute l’année. Le mâle garde le même territoire tout au long de l’année alors que la femelle pourra se déplacer avant l’hiver. Vous pouvez donc faire des photos de rouge-gorge toute l’année.

Mais, on peut considérer que l’hiver avec la mangeoire est le moment idéal pour le voir se rapprocher de nos habitations. En effet, ce passereau ne fait pas de réserves et doit donc chercher de la nourriture constamment voilà pourquoi il est très présent à la mangeoire.

Pour le reste de l’année, notamment en été et au printemps, une autre solution pour le rapprocher de vous est d’installer un petit point d’eau. Je ne parle pas de vous construire une drink station énorme, non, juste un petit point d’eau modeste. Juste une chose, l’idéal serait que ce point d’eau soit vers un bosquet ou un arbre pour que l’oiseau puisse venir boire en toute sécurité et pouvoir se cacher dans le couvert végétal s’il se sent en danger.

Etape 3 : son comportement

Le rouge-gorge est un oiseau assez agressif et territorial. Il a donc des attitudes intéressantes et il est toujours sur le qui-vive. Il prend souvent une posture dressée et bouge souvent sa queue, surtout s’il surveille les alentours. Il n’hésite pas à dresser fort et haut son poitrail.

Donc seul le rouge-gorge est intéressant à photographier et même à observer car son attitude est riche d’expression et de mouvements.

Comme je vous l’ai dit, il est agressif et territorial. Des combats entre mâles peuvent donc avoir souvent lieu. C’est un moment assez difficile à observer mais si vous avez la chance de voir ça alors voilà un instant à photographier. Ils se plaquent au sol, se donnent des coups de griffes. Bref, il y a là des attitudes à photographier très riches.

Etape 4 : avec quoi le photographier ?

Comme c’est un oiseau habitué à vivre près de l’homme, il peut avec la mangeoire et avec un point d’eau se rapprocher vraiment du photographe. Mais, il est petit ! Donc le fait qu’il soit près, à parfois 2 ou 3 mètres, demande tout de même des longues focales pour qu’il remplisse le cadre et la scène. Un 200 mm est à mon avis un minimum.

N’oubliez pas cependant que même s’il est petit, il se voit bien !! Son rouge orangé attire bien l’oeil sur une photo et s’il vous le prenez à la mangeoire, et donc sur une branche support alors il devrait bien ressortir du fond.

Donc, un reflex, un 200 mm minimum et plus bien sur si vous avez et c’est bon. De toute façon, libre à vous après de recadrer sur l’ordinateur !  Un bridge avec un gros zoom ira aussi mais la qualité d’image sera moins bonne. C’est comme ça.

Etape 5 : comment le photographier.

Je vous l’ai dit, le rouge-gorge est un oiseau agressif, territorial, donc très actif et qui bouge tout le temps. Comme d’ailleurs beaucoup de passereaux. Or, vous souhaitez évidemment que le rouge-gorge que vous photographiez soit net sur les images ! Il faut donc avoir une vitesse d’obturation assez rapide pour bien figer ses mouvements. Pour être certain de l’avoir net, une vitesse de 1/250 à 1/500 de seconde sera bonne. À ces vitesses, les micro-mouvements de l’oiseau seront figés.

Comme d’habitude, si vous voulez avoir des fonds bien flous pour mettre en valeur le sujet qui lui est bien net alors il faut ouvrir le diaphragme à fond ! Tant pis si on vous dit souvent qu’à pleine ouverture votre objectif ne donne pas le meilleur de lui-même. En plus en faisant ça, vous allez augmenter votre vitesse d’obturation.

Pour la mise au point, je vous conseille une mise au point automatique avec le choix manuel du collimateur. C’est vous qui choisissiez le petit carré rouge dans le viseur, à l’endroit ou se fera la mise au point. Prenez un collimateur excentré pour ne pas justement centrer le sujet.

Pour la mesure de lumière, la mesure matricielle, c’est à dire sur toute l’image ira très bien. En effet, le rouge gorge n’a pas de partie très blanches donc la mesure de lumière se fera sans problème.

Ça c’était pour la technique photo. Maintenant pour être proche de l’animal, vous n’aurez vraiment pas d’autre choix que vous cacher à proximité de la mangeoire ou du point d’eau. Un affût donc, mais une tente basique fait l’affaire ! Ou alors 4 piquets plantés carré dans la pelouse recouvert d’une toile un d’un drap dans lequel vous faites un trou pour faire passer l’objectif et hop c’est bon ! Laissez ça en place quelques jours pour habituer les oiseaux et c’est bon.

Et si vous souhaitez vous rapprocher des animaux alors la série de vidéos Affut facile que j’ai faites vous aidera !
Merci d’avoir suivi cette vidéo ! Partagez la sur Facebook et twitter et à la semaine prochaine !

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color= » custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color= » icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’ av_uid=’av-2hu8rk’]