[J’ai testé pour vous] La Drink Station

affût drink station

Avant toute chose, je remercie chaleureusement, vivement, avec tous les adverbes en -ment qui vont bien, le photographe animalier Julien Séré, le co-constructeur de la Drink Station testée ici. Souvent, ce sont les autres qui viennent à moi me proposant de tester ou de rédiger un article (comme pour le test de la location d’objectifs). Présentement, c’est l’inverse : de manière un chouilla culottée, j’ai demandé à Julien de tester sa Drink Station pour vous la présenter. Il a dit oui, alors merci à lui.

Avant d’oublier, je dois vous dire que si d’aventure il vous venait l’idée de construire à votre tour une Drink Station, sachez que Julien Séré et ses accolytes (Julien Fréguin et Raphaël Jourdan) ont tenu à s’associer aux acteurs locaux, comme l’agriculteur propriétaire du terrain. Celui-ci, en plus de leur mettre à disposition la zone pour le Drink Station en a facilité l’accès (tonte, débroussaillage, …)

Une Drink Station ça veut dire quoi ?

Une « Drink Station » est littéralement une « Station à boire ». Drink Station … Station à boire … Drink station … hum … y a pas, la version anglaise en jette ! Prononcé à la française, ça fait tout mou du genou. C’est vrai, voilà une expression anglaise de plus, mais que voulez-vous, à l’heure des Darty Days et des Essais French Touch’ (voitures Renault 😉 ) l’expression Drink Station a toute sa place.

Pardonnez-moi cette introduction un poil orientée marketing, mais je souhaitais justifier l’emploi de franglais tout au long du test de la « Drink Station ». Hop, c’est fait.

Essai de définition

Une Drink Station est une construction destinée à recevoir dans un bassin prévu à cet effet de l’eau, attenante à un affût dédié, au bord de laquelle des oiseaux principalement, mais aussi la petite faune, viennent boire et/ou se baigner sur une plage aménagée.

Un peu longuet sauf qu’il fallait bien que je place tout en une seule phrase, comme dans le dictionnaire.

Mon esprit de synthèse me titille tout de même alors je retiendrai quatre mots : construction, eau, affût, plage. Avec ça, on a la totale :

  • construction : parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même (quand bien même la nature fait très bien les choses)
  • eau : elle attire comme un aimant tout être vivant … l’eau c’est la vie
  • affût : Où qu’il est le photographe ? Dans l’affût ! Parce que sinon les animaux y viennent pas si le bonhomme ne se cache pas !
  • plage : mis à part les canards et autres oiseaux d’eau, la faune ne se risque jamais à se rendre là où elle n’a pas pied !

Une image valant mille mots, voici des photos qui vont bien :

affût drink station

Vue d’ensemble de la Drink Station

affût drink station

Vue sur la fenêtre de l’affût depuis le bassin

Principes de base

La Drink Station n’a presque plus de secrets pour vous. Presque car il ne suffit pas de mettre de l’eau dans un bassin et un cabanon à coté pour attirer toute la faune locale. Il y a des principes à respecter pour que la Drink Station joue le rôle demandé :

  • prévoir une profondeur d’eau suffisamment profonde sur la majorité de la surface du bassin pour obliger les oiseaux à se rendre à l’endroit souhaité : on ze beach. Je l’ai dévoilé quelques lignes plus haut, j’en remets une couche : une mésange se toilettera et profitera des bienfaits de l’eau seulement si elle a pied
  • et ce qui fonctionne pour une mésange fonctionne aussi pour tous les autres visiteurs potentiels. Alors pourquoi diable se casser la tête et les reins (pour les bricoleurs) à bâtir un bassin qui ne sera utilisé par les animaux que pour une toute petite partie (la plage) ? Je n’ai pas de réponse scientifiquement prouvée, mais il me semble que plus le volume d’eau offert est conséquent et plus le pouvoir attractif de la Drink Station sera puissant :
    • l’eau du bassin sera plus fraiche et plus longtemps. Les oiseaux se rendent au bassin pour boire, bien sur, et aussi pour se rafraichir. C’est leur clim’ à eux. Je ne suis pas dans la tête d’une mésange (sinon je me laisserais facilement approcher par les photographes!) mais j’imagine qu’ils préfèrent se tremper le bout des ailes dans un grand volume d’eau à 20 ° plutot que dans une flaque à 40 ° en période de grande chaleur
    • elle sera plus facilement repérable, identifiable
    • et vous, vous préférez vous baigner dans une piscine gonflable-boudin de 2 m2 qui crame la pelouse du jardin ou dans une piscine Olympique même s’il y a un peu de monde ?
    • l’évaporation due au soleil sera identique que dans une petite flaque d’eau mais les effets seront plus lents à se manifester (baisse du niveau d’eau notamment)
  • placer la Drink station sur un point haut du relief tel qu’une colline, là ou naturellement il ne peut se former de retenue d’eau à cause, justement, dudit relief. La relative distance séparant les points d’eau naturels et la Drink Station obligera les oiseaux à venir profiter de la construction plutôt que d’aller plus loin en contrebas. Malin non ?
  • l’utiliser au cours d’une période de « sécheresse », car on en revient au même principe basique : il faut que la Drink Station constitue le seul point d’eau à des dizaines de mètres à la ronde. Un temps pluvieux, un après-orage, laissera la possibilité à l’avifaune de se servir dans toutes les zones humides de leur environnement
  • fixer différents types de perchoirs afin de permettre aux oiseaux de s’y poser avant de profiter de l’eau, et laisser la possibilité aux photographes de varier les points de vue ! (joindre l’utile à l’agréable donc)
  • installer le dispositif dans une zone à la biodiversité riche. Celle que j’ai testée se situe en bordure de forêt et en limite de champ agricole. L’eau apportée par la Drink Station rend la zone réellement intéressante pour la faune locale
  • des chiffres pour finir : le bassin fait 6 mètres de longueur, 2 mètres de largeur et 20 cm de profondeur.
affût drink station

Le bassin dans son environnement : clairière, forêt et point haut

L’affût de la Drink Station

Il ne suffit pas de tout faire pour attirer les animaux du coin, encore faut-il pouvoir photographier sans être vu, sans provoquer la fuite du premier rouge-gorge venu. Et l’affût accroché au bassin sert à ça. Un affût en dur tel que celui-ci est à ranger dans la catégorie des affûts 4 étoiles, tout confort, all inclusives (tout compris … compris ?:-) ) :

  • intérieur tapissé de toile noire pour assombrir la cache
  • avancée de toit pour limiter le rayonnement solaire direct sur lentille … et aussi pour assombrir, encore, l’intérieur de l’affût
  • présence de crochets pour pendre (et surtout ne pas perdre!) ses clés de voiture (ou n’importe quoi d’autre en fait)
  • petites étagères sur un des cotés pour vider ses poches … ce qu’on appelle communément un vide-poche
  • filets de camouflage sur le devant de l’ouverture (le fameux « voir-sans-être-vu »)
  • suffisamment de place pour ranger le matériel photo complet de deux photographes
  • sièges de camping pliants avec, tenez-vous bien, un emplacement pour une bière un jus de fruit bio issu de commerce équitable
  • large ouverture donnant sur le bassin
  • plus d’espace devant les jambes que dans un Airbus A 320 en classe éco
  • parfaitement conçu pour deux adultes bien costauds, possible pour trois personnes, qui seront, évidemment plus à l’étroit
  • pas ou très peu d’insectes ! Incroyable mais vrai, malgré la proximité d’une eau stagnante, nous n’avons jamais été importunés par les mouches et autres saloperies de moustiques. Je pense que les toiles de camouflage agissent comme des moustiquaires.

Le Club Med n’a qu’à bien se tenir ! 🙂

Je plaisante, je plaisante, mais cette profusion de confort a un objectif précis : tenir le plus longtemps possible. Pour ce test, je suis resté avec Julien Seré plus de 4 heures, assis dans nos fameux sièges de camping.

Bon, de temps en temps, je ne dis pas que les fourmis dans les jambes ne nous ont pas titillées ! Cependant, puisque l’espace et la configuration de l’affût le permettent, les occupants des lieux peuvent facilement se détendre les muscles par des séances d’étirement. Toute une journée de présence dans la Drink Station ne pose vraiment aucune difficulté.

affût drink station

Vue sur le bassin depuis l’affût

affût drink station

L’intérieur de l’affût avec les filets de camouflage

affût drink station

Vue du la porte d’entrée de l’affût

Le test de la Drink Station

J’ai testé la Drink Station un après-midi entier, de 13h30 à 17h30, une petite soustraction, ça vous fait dans les 4 heures d’attentes dans l’affût. Je confirme donc ce que j’ai écrit plus haut : ça le fait sans problème. 4 heures, c’est assez long pour se faire une idée du potentiel de la bête.

Je ne reviendrais pas sur le confort, excellent pour ce type de structure. Je m’attarde en revanche sur les observations et la photographie, finalement le but ultime de la Drink Station.

Observations animalières

C’est un peu moins d’une trentaine d’espèces différentes recensées par les 3 concepteurs du projet : des passereaux bien sur (rouge-gorge, mésange noire et bleue, merle noir, sitelle torchepot, fauvette à tête noire, pouillot fitis, grive musicienne, mésange huppée, Pipit des Arbres, Gobemouche noir, mésange nonnette, … ) des corvidés comme le geai des chênes, des pics épeiches et même un épervier d’Europe (guère étonnant : l’épervier se nourrissant de passereaux notamment, il est pérsent là où la nourriture est abondante …). Une martre et des écureuils ont aussi été observés en train de s’abreuver.

Voilà pour le potentiel de la Drink Station. Le jour de ma visite était en pleine période d’innondation. Vous savez, les crues du mois de mai, celles qui ont provoqué le débordement de tous les cours d’eau de Bourgogne. Et … donc … vous voyez où je veux en venir ? Il y avait de l’eau partout, même là où il ne devait pas y en avoir (ou si peu). Partant du postulat que les animaux sont pragmatiques et que chaque vol est une dépense d’énergie, ils ont tout intérêt à se rendre là où l’eau est la plus proche ! Pourquoi aller se baigner à la Drink Station (croyez-vous qu’ils l’appellent eux aussi comme ça ? 🙂 ) située à 200 mètres alors qu’une flaque toute fraiche se trouve à 50 mètres ?

C’est certainement ce qui s’est passé le jour du test. Les oiseaux que j’ai observés sont : des mésanges charbonnières, des rouge-gorges et des mésanges bleues. Oui, assez loin des 30 espèces déjà vues, et même si je ne m’attendais pas à trouver une martre et un épervier, j’espérais un pic, une fauvette, bref, des espèces que je ne rencontre pas tous les jours !

Petite déception donc mais qui ne remet pas en cause le travail mené autour de la Drink Station … au contraire ! Le principe selon lequel ce dispositif attire les oiseaux grâce à l’eau est plus que confirmé, ok, par l’inverse, mais confirmé quand même !

Moralité, la période pour utiliser la Drink Station doit être relativement sèche, comprenez par là qu’une météo pluvieuse est à éviter, au contraire, un anticyclone bien installé sera le meilleur des alliés.

Ce constat étant fait, sachez que même si j’ai été privé des nombreuses espèces souhaitées, pouvoir observer longuement des oiseaux profitant d’un point d’eau est un privilège. Honnêtement, avez-vous souvent vu des volatiles se baigner, boire et batifoler à 2 mètres de vos yeux ? Quand bien même ce ne sont « que » des mésanges ou des rouges-gorges !

Photographies

A savoir tout de suite : point besoin d’être équipé comme Vincent Munier pour profiter de la Drink Station ! Ca tombe bien pour moi, avec mon trinôme Pentax K100D – Sigma APO 70-300 – Trépied Vanguard AltaPro 283 CT j’ai pu me faire plaisir ! Attention, je n’ai pas dit qu’un compact à 70 € suffisait, je vous annonce juste que le matériel du photographe animalier du dimanche est largement suffisant. Aucune honte à avoir.

Quand l’équipement est installé et le photographe calé dans le fauteuil et bien caché derrière les filets de camouflage (déjà sur place), il ne reste plus qu’à attendre. Pas longtemps, c’est ça qui est bien.

La surveillance de la plage est facilitée par les filets de camouflage, il suffit de regarder en direction du lieu de baignade. Le photographe animalier n’est pas contraint de rester immobile ! Le couple filets de camouflage plus intérieur de l’affût sombre permet de pouvoir se gratter le nez (ou n’importe qu’elle autre partie du corps 😉 ) pépère.

15 ou 20 minutes plus tard, les premiers passereaux pointent le bout de leurs becs. Comme d’hab’ ne pas déclencher dans la seconde, pensez à laisser les oiseaux prendre confiance, déclenchez une ou deux fois pour voir leur réaction et enfin vous pouvez lâcher les chevaux ! Je veux dire la rafale 🙂

L’expression «faire chauffer la carte mémoire» prend tout son sens. C’est vraiment génial de pouvoir photographier des oiseaux dans ces conditions, sans aucun muscle qui fait mal.

Concernant les réglages du reflex, tout dépend du type de photo souhaitée. L’intérêt d’une plage telle que celle de la Drink Station est de pouvoir «fixer» l’attitude des oiseaux au bain. Une vitesse élevée de l’ordre du 1/1000 est idéale. En pleine journée, les conditions lumineuses le permettent largement.

Dès que je le peux, je suis un adepte du « mise au point puis recadrage » : je sélectionne le collimateur central, je vise sur le sujet, je fais la mise au point et enfin je recadre pour respecter la règle des tiers (parce que j’aime bien les compositions avec les points forts et tout et tout). Dans le cas des vifs passereaux au bain, pas le temps de faire tout ça. Je sélectionne alors un collimateur excentré pour déjà avoir ma composition. Avec la mise au point continue et le mode rafale activés, y a plus qu’à !

mésange charbonnière au bain

Assurément ma plus belle photo de l’après-midi – © Régis Moscardini – tous droits réservés

pic épeiche raphael jourdan

Un magnifique pic épeiche – © Raphael Jourdan – tous droits réservés

grive litorne musicienne raphael jourdan

Une grive litorne musicienne juvénile – © Raphael Jourdan – tous droits réservés

geai des chênes raphael jourdan

Un geai des chênes – © Raphael Jourdan – tous droits réservés

La Drink Station coté pratique

Comment s’y rendre ?

Le site se trouve dans le village de Lamargelle, en Côte d’Or à :

  • 45 minutes de Dijon
  • 3h10 de Paris
  • 2h15 de Lyon

(tout) Petit village bien sympathique de 170 habitants dans la vallée du Lignon, (toute) petite rivière du bassin versant du Rhône. La Drink Station n’est pas dans le bourg. Et pourquoi à votre avis ? … Parce que la proximité du Lignon traversant la commune concurrencerait le bassin de la Drink Station ! Suivez un peu ! 🙂

village Lamargelle

Le village de Lamargelle sur Google Maps

Il faut donc se rendre en voiture sur les hauteurs du village, à quelques deux ou trois kilomètres à peine sur une (toute) petite route de campagne. Heureusement pour les non Lamargellois, il suffit de suivre Julien Seré du bourg jusqu’au site. La voiture garée, effectuez 500 mètres de marche à tout casser le long d’un champ agricole, traversez un petit bosquet et la Drink Station se trouve là, devant vous (Julien est toujours avec vous!)

Vous admirez le travail de conception et de construction puis le maitre des lieux vous introduit dans l’affût, vous donne quelques explications, puis vous laisse là, tranquille, le temps convenu lors de la réservation

rivière du lignon

La belle vallée du Lignon traversant Lamargelle- rivière bien plus petite habituellement

Comment réserver ?

Le tarif de location est de 50 € par personne et par journée. Evidemment, ce prix ne comprend pas les éventuels déplacements ainsi que l’hébergement et la nourriture. Faut pas pousser 😉

Pour réserver, il suffit d’utiliser le formulaire suivant : Formulaire location affût ou de contacter Julien Séré dont les coordonnées figurent sur ce même document.

drink station

Télécharger le formulaire pour réserver la Drink Station

Où dormir ?

A 15 minutes de Lamargelle se trouve l’autre (un peu moins) petit village Sainte-Seine-l’Abbaye. A peine plus gros mais surtout disposant de deux hotels pour vous héberger.

Vous héberger ? Eh oui !! Malgré son grand espace, ne pensez pas pouvoir y dormir, surtout à deux, lors d’une réservation sur deux jours. Donc, dormir à l’hotel est parfait.

BILAN

La note que j’attribue à la Drink Station est [rating=5]

J’ai aimé

  • observer la faune et mieux connaître les comportements des oiseaux
  • le confort de l’affût
  • la disponibilité de Julien pour l’accueil
  • en profiter même avec du matériel léger amateur
  • pouvoir venir avec seulement un reflex, un objectif et un trépied

J’ai moins aimé

  • dépendre de la météo (mais comme plein d’autres choses non?)

Pour finir

Voici les sites internet des 3 photographes animaliers qui ont conçus la Drink Station :

En encore, pour vraiment finir en beauté, des images de Julien Séré prises évidemment depuis la Drink Station :Tous droits réservés © Julien Séré Tous droits réservés © Julien Séré Tous droits réservés © Julien Séré Tous droits réservés © Julien Séré Tous droits réservés © Julien Séré

Et vous avez-vous déjà utilisé ce type d’installation ?

52
Participez à la discussion ou posez votre question !

avatar
10000
26 Fils de commentaires
26 Réponses aux fils de discussion
0 Followers
 
Commentaire le plus commenté
Le fil de commentaires le plus chaud
27 Auteurs
PhilippeGermainphilippeOlivierRégis Moscardini Auteurs récents
  Être prévenu ...  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Être prévenu ...
Germain
Invité

Bonjour. Photographe amateur lassé d’avoir des oiseaux toujours trop loin dans la nature, j’ai récemment (enfin) pu acquérir un petit terrain dans la nature (car nous n’avons pas de jardin), où j’ai installé un cabanon et une mangeoire.
J’ai ensuite récupéré une ancienne piscine plastique coquille (pour petit enfant), que j’ai enterrée. Puis j’ai placé un peu de sable au fond, des pierres moussues sur les bords (avec une pierre inclinée afin de permettre à un animal ou insecte tombé de remonter). J’ai ensuite rempli d’eau cette piscine masquée, obtenant un bel effet de petite mare naturelle.
J’ai pu observer que, dès que le soleil d’hiver commençait à chauffer un peu, les oiseaux allaient boire dans cet abreuvoir de fortune (nous sommes en sud Drôme et le climat est assez sec, même l’hiver).
Je n’ai pour l’instant recensé qu’une dizaine d’espèces venant par là (ne buvant pas toutes) mais le point d’eau est très récent (2 mois).
Jusqu’à présent, je ramassais ce qui tombait dans l’eau et complétais le niveau avec de l’eau du robinet. Avec l’arrivée du printemps, je constate (et je m’y attendais) que l’eau devient verdâtre et prend une odeur de vase.
Quels seraient les risques pour un oiseau estimant cette eau propice à être bue?
Est-il nécessaire et utile que je prévois de changer toute l’eau? Un entretien quelconque?
Ma petite mare était improvisée pour cet hiver, mais je compte préparer un point d’eau un peu plus long au prochain automne, si c’est possible.

Philippe
Invité
Philippe

Bonjour , je suis également dans le sud de la drome . Peux être pourrais tu essayer un système de bio-filtration : Composants : deux sortes de plantes aquatiques adaptées pour détruire la charge organique polluante, et un système de circulation de l’eau, même lent, qui permettra aussi de l’oxygéner (jet, cascade)permet de garder une eau limpide
Ton projet est intéressant et si tu es d’accord, je pourrais peut être t’apporter de l’aide. Tu peux me contacter par mail

cordialement

Philippe

philippe
Invité
philippe

voila plusieurs mois je j’envisage une telle construction, enchanté par vos diverses descriptions pour diriger mes choix d’emplacement suivant le décor alentour , je vous remercie.

Olivier
Invité
Olivier

Hello 🙂
1er commentaire sur ce site que je suis depuis quelques mois maintenant….:-0
Merci pour cet article, il me donne plein d’idées vu que je suis en train de remplir mon nouveau bassin….(j’ai déménagé récemment);
Du coup, y accoler un affût dans un coin, je n’y avais pas pensé même si j’envisageais bien de me servir du point d’eau pour
tirer le portrait des passereaux du coin….
@+
Olivier

Siria
Invité
Siria

Bravo et merci Régis

Pédagogiquement au top; comme toujours.
Je vais m’en construire un illico. Enfin … façon de parler; mon homme va construire …. il va adorer ton article, je sens ça.
Huppe fasciée, chardonneret, verdier, moineaux. Je me régale à l’avance.
Enfin … façon de parler toujours …

Johann
Invité

Bonjour à tous.
En effet, article très intéressant. J’avais vu le même type d’installation sur le net, au Venezuela, mais pas avec le même type d’oiseaux bien évidemment !!

J’ai la chance d’habiter en Guyane, et j’ai bien l’intention d’essayer la « drinking station » en pleine forêt tropicale… J’imagine qu’il pourrait y avoir des surprises.

Merci pour tous les détails vraiment précieux que vous apportez dans votre article et aux commentaires qui complètent le tout. Si jamais je fais quelque chose d’intéressant, je viendrai vous en faire part.

Johann.

PS : Bonne année à tous.

afaucher2001
Invité
afaucher2001

@Johann j’espere qu’on pourra voir ta réalisation ! et peut etre irai je la voir au cours d’un voyage car ton pays me fait réver

Johann
Invité

Salut.

Je reçois régulièrement du monde qui vient de métropole pour découvrir la partie Est de la Guyane où j’habite. Il faut savoir qu’il n’existe aucun guide ornithologique en Guyane, et c’est vraiment dommage, surtout qu’au Brésil, nos voisins, il y en a plein !!
Si vous voulez voir un aperçu, n’hésitez pas à visiter mon blog : http://johann973.skyblog.com
Johann.

David Léger
Invité

Super article !
Juste par curiosité : quelqu’un a t’il déjà tenté sa chance sur ce genre d’aménagement, mais de nuit ? Ma main à couper que les chauves-souris doivent en profiter pour s’abreuver, or vu sa configuration, ce genre de site est clairement très facile à « piéger » (Barrière IR, etc)…

afaucher2001
Invité

superbe article; je me l’emmène en vacance pour l’examiner de très prés car je veux mettre en pratique dans une propriété que nous venons d’acheter a la périphérie d’un minuscule village. il y a un point d’eau profond (ancien lavoir) et une bambouseraie à proximité.a voir comment aménager ca pour voir nos petits amis venir. merci

Arnaud
Invité
Arnaud

Bonjour Régis, j’ai trouvé cet article très sympatique, je me permet simplement de te faire une petite remarque, la rivière s’écoulant à proximité du village de Lamargelle, et qui a donné son nom a la vallée, est l’Ignon et non le Lignon…

marie-pierre
Invité
marie-pierre

Merci Régis pour cet article bien détaillé comme toujours…en plus ça peut donner des idées si on a suffisamment de terrain -)) Pour ma part je me contente de ma petite « mare » de 1m/1m.en période de migration j’ai pas mal d’espèces indigènes à 3m de ma fenêtre, tarins des aulnes, serins cinis et bruants jaunes, pouillots et toute l’année les pics epeiches mésanges, verdiers, chardonnerets qui se relayent…les campagnols l’ont aussi adoptée, malheureusement point de pic vert ou d’ epervier à proximité. et la mare est en contre bas donc pas de superbes reflets…

Bernard
Invité
Bernard

Salut, très bel article et aussi belle idée.
Avec un tel dispositif, on se prend tout de suite pour un photographe animalier non?
J’ai juste un peu de mal avec les anglicismes.
Abreuvoir à oiseaux (utilisé dans les commentaires plus haut) c’etait surement aussi bien.
Sinon, petite remarque pour Julien Sere : personne n’a réagit sur le prix de la location… Cela me parait un peu cher, y’a des périodes promo 😉 ?

tanagra92
Invité
tanagra92

Bien sympa ce lieu et quel plaisir se doit être de pouvoir voir des oiseaux si près et sans les déranger !
Vu la chaleur de ces jours-ci il doit y avoir foule autour et dans la piscine …

Pyrros
Invité

Voila qui me donne des idées 😉 Car sur les postes d’observations « naturels » les oiseaux se positionnent comme ils veulent…

Raphael
Invité

Salut Régis, en vacances je découvre cet excellent article sur mon smart phone. Bravo pour le travail de rédaction et de mise en forme. C’est très bien fait, clair et avec tous les renseignement nécessaire .
Je vais juste apporter quelques précisions concernant le niveau et la qualité de l’eau :
– la première mise en eau a été faite grâce à l’agriculteur propriétaire du bois qui est venu avec sa citerne pour remplir les 2 m3 . Heureusement qu’il était là, car je ne sais pas comment on auraient pû faire pour amener toute cette eau.
– le complément se fait naturellement avec les pluies nombreuses et régulières qui s’abattent sur notre département .
– derrière l’affût il y a 2 fûts qui servent de réserve d’eau pour éventuellement refaire le niveau.
– l’eau est de bonne qualité, mais pas potable, car il y a une multitude de larves d’insectes en tout genre dont des larves de libellules.
– surprise en début de saison avec la présence dans le bassin de tritons palmé et depuis la semaine dernières lors de mon dernier passage il y avait une bonne vingtaine de bébés tritons.

Voilà pour les quelques précisons que je peux apporter sur ce bassin qui est très bien accepté par tous les oiseaux du secteur et qui je pense va nous réserver encore des surprises .
S’il le faut j’essaierai de répondre aux autres questions de tes abonnés .
Cordialement .
Raphaël.

Yannick LAPEGUE
Invité

Je trouve cela simplement magique, super.Il n’y a rien a dire

Patrick
Invité
Patrick

Tu peux avoir un peu de stagnation mais vu le peu de profondeur tu dois renouveler en cas de grosses chaleurs. Moi j’ai la chance d’avoir un puits juste à côté, je re remplis à la demande. Les insectes je n’en ai pas trop, sauf en ce moment une dizaine d’abeilles viennent s’abreuver régulièrement. Je pense que si c’est loin d’un point d’eau il y a toujours moyen de mettre une petite gouttière et un ou deux bidons pour récupérer l’eau. Chez moi j’ai l’impression que la mousse filtre un peu l’eau, j’ai même un jonc épars qui y a poussé, donc pour si petit (moins d’un m2 pour moi) un biotope se fait, des dytiques y nagent.

Ary
Invité

ça a l’air vraiment très sympas ce genre de constructions !
très pratique aussi.
J’ai pas mal de questions complémentaires :
Existe-t-il un endroit ou on peut se procurer des plans détaillés / conseils si on veut en construire une du même genre ?
Comment La station se rempli-t-elle d’eau ? c’est seulement de l’eau de pluie ? il faut donc attendre de grosses pluies pour avoir une profondeur suffisante j’imagine.
Quand est-il de la qualité de l’eau ? de l’eau stagnante n’est pas un nid a insectes etc… faut-il des végétaux pour purifier l’eau, ou un système de filtration quelconque ?

Guillaume E.
Invité

Ca a l’air sympa. J’aime bien l’idée.

Deux petites remarques sur l’article en tant que tel :
– J’ai un peu du mal à comprendre si tu vends les mérites de la Drink Station de Lamargelle ou le fait de construire sa propre Drink Station
– Je serais toi, je mettrais un titre avant « Voici les sites internet des 3 photographes animaliers qui ont conçus la Drink Station », ça évite de les associer au premier coup d’œil à « J’ai moins aimé » 😉

Concernant la solution elle même, je suis un peu partagé. Déjà, c’est sûr que je vais avoir beaucoup de difficulté de convaincre ma femme de construire un tel dispositif dans notre jardin ;). Ensuite, si la Drink Station permet d’être confortable et d’observer sans la perturber la faune, je m’interroge sur deux points :
– premièrement, à la lecture de l’article, j’ai l’impression que c’est surtout utile pour les oiseaux. Ne serait-il pas plus pertinent de semi-enterrer la construction afin de la rendre accessible à d’autres animaux (lapin, blaireau, cerf, sanglier…) ?
– deuxièmement, on conserve le même point de vue avec le même décor. Si les photos présentées ici sont très jolies, n’y a-t-il pas de la lassitude à shooter toujours « le même genre de photo » ?

Patrick
Invité
Patrick

Pour ma part, j’ai confectionné un bain à oiseaux avec une palette, 4 tasseaux pour les bords, de la bâche noire, et une planche épaisse sous une partie de la bâche afin de diminuer la profondeur. Certes je pense garder cette idée mais en rajoutant une ou deux palettes pour la longueur. Pas d’affût en dur mais une demi tente de chez Lidl verte, ça fonctionne relat vement bien. Même parfois sous un filet de camouflage sur un transat (bain de soleil plastique) et également allongé sur la pelouse sans rien. D’ici peu la modif’ pour l’agrandir, et un petit tour en forêt pour ramasser des mousses de variétés différentes.

François LEGRAND
Invité
François LEGRAND

Très bon article et initiative. Je garde en mémoire les c
ordonnées pour une prise de contact

Patrick
Invité
Patrick

Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous inviteà aller voir le site de Stéphane Bruchez, qui à carrément construit son affût en parpaings, du pur confort. En prime des vidéos de présentation du bassin et de l’affût, et des photos……. je sais pas comment dire, allez voir :
si tu me permets Régis pour le lien :

http://www.stephane-bruchez.com/videos-animaux.html

adamante
Invité

Bonjour et merci pour cet intéressant article.
Juste une remarque : le lien sur Julien Séré n’est pas valide.
Au plaisir.

domouette
Invité
domouette

merci infiniment pour cette chouette nouvelle d’une drink station près de chez moi (j’habite Dijon). mon k5 en trépigne d’impatience !!! 😉

Christelle
Invité
Christelle

Très bel article, Lamargelle se trouve à côté de chez moi 😉 Je garde cette « adresse » en mémoire pour quand je me serais perfectionnée ! Merci pour cette expérience !

Tonton Photo
Invité

Excellent article comme d’habitude ! Les explications sont très claires, je ne savais pas que l’on pouvait louer ce genre d’espaces. Es-tu sûr qu’il n’en existe pas d’autres en France ? Je vais me renseigner pour voir si à tout hasard il n’en existe pas une dans ma région (Bretagne)…

Patrick [CAP] Comment Apprendre la Photo
Invité

Très bel article qui ne peut que faire des adeptes.
On sent le vécut au travers de toutes ces précisions et ça donne envie de t’accompagner.
Que penserais-tu d’abreuvoir tout simplement ou affut-abreuvoir ?

Guillaume
Invité

Étant un adepte de cet affût depuis un moment, j’étais obligé de passer par ici..!

Juste qq petits conseils supplémentaires suite à 4 ans d’utilisation :

– Si vous construisez votre propre affût, pensez à l’orienter de façon à avoir le soleil dans le dos et 3/4 dos entre 11h et 20h, c’est la plage horaire ou le plus d’oiseaux passent. Oubliez la belle lumière matinale, le meilleur emplacement pour faire de beaux spécimens de rapaces étant en pleine forêt et hors des sentiers battus, vous n’en profiterez jamais !

– Si vous faites un affût enterré en contreplaqué, faites des petites ouvertures de 2*2cm sur les panneaux latéraux. Cela évitera que la chaleur fasse gondoler les panneaux. Mettre des petits tasseaux sous l’affût en laissant 10 ou 20 cm de vide : l’eau monte toujours un peu après avoir creusé.

– L’utilisation d’une vitre sans tain est un réel plus. Les géais et les rapaces sont ultra sensibles au bruit, au mouvement et vous n’aurez souvent le droit qu’à un seul clic. La vitre isole et vous permet de bouger aisément, de changer d’optiques, etc… La meilleure trouvée est celle de chez Saint Gobin.

– Un petit bout de chorizo sur la plage, peut être qu’un renard viendra vous faire un clin d’oeil 🙂

(- @Régis : le terme anglo-saxon est drinkING station, revoir ton bescherelle anglophone :P)

Super article qui devrait faire de nouveaux adeptes. Avec ces fortes chaleurs, c’est un carnage assuré !