Fabien Gréban sort son premier livre : Blanc Sauvage

Dans la vie d’un photographe animalier, il y a des étapes à franchir. Elles sont nombreuses. Certaines sont difficiles, d’autres non. Pêle-mêle, vous avez par exemple le premier tirage grand format que l’on s’offre, ou la première rencontre marquée avec un animal, ou encore la pose d’un premier affût. Celles-ci sont à la portée de tous, ce sont juste des exemples parmi beaucoup d’autres.

Et puis, parmi ces étapes, quelqu’unes figures dans le haut du pavé. Je pourrais même parler de panthéon du photographe animalier. Vous savez, ces moments vers lesquels on tend tous. Ces moments bien enfoui dans notre petit cerveau de photographe qu’on n’ose jamais écrire tellement ils nous paraissent inaccessibles.

Sauf que … pour quelques photographes animaliers cette inaccessibilité est plus … accessible ! Allez savoir pourquoi ! Le talent ? Sans aucun doute. Le travail ? Bien sûr. Le matériel ? Ça compte. La persévérance ? Beaucoup. La chance ? Un peu.
Voilà certainement quelques une des raisons qui font que des photographes parviennent à franchir des étapes que beaucoup d’autres n’atteindront jamais. La publication d’un livre de belles photos en est une. Et pas la moindre.

J’avoue que, si à la fin de ma carrière de photographe animalier je n’ai pas publié de livre, quel qu’il soit, j’aurais raté quelque chose. Quand bien même je passerais au 20h00 de TF1, je n’aurais pas accédé à cette étape :-).

fabien-greban-blanc-sauvage7

Le premier livre de Fabien Gréban

Fabien Gréban, un photographe que j’admire et pour lequel j’ai beaucoup de respect, sort son premier livre. Le voilà donc, comme d’autres grands avant lui, dans le cercle fermé des photographes animaliers décorés de la Légion du livre publié :-).

Je suis donc très heureux de vous présenter, presque en avant première mais pas tout à fait, son magnifique ouvrage.

Et ce qui est génial, c’est que je vous l’offre ! Pour tenter de gagner le livre de Fabien Gréban, vous devrez dans l’espace des commentaires répondre (correctement !) à deux questions. Et comme vraisemblablement vous serez plusieurs à trouver la bonne réponse, j’effectuerai un tirage au sort avec le site randomizer.org pour déterminer celui ou celle qui remportera le livre. Ah ! étourdi que je suis, j’allais oublier : le livre est dédicacé par l’auteur ! (et je peux vous certifier que la dédicace est authentique … il l’a faite sous mes yeux )

fabien-greban-blanc-sauvage

Au fait qui est Fabien Gréban ? C’est photographe animalier et de nature (sans blague ! ). Ces principales expositions sont :

  • le Festival Nature Namur Belgique
  • le Festival de la Salamandre Suisse (2012 et 2014)
  • le Festival international de la photo animalière de Montier-en-Der France (2012 et 2014)

Il a aussi remporté des concours photo prestigieux et a été publié dans les plus grands magazines :

  • 1er prix faune au concours Image&Neige en 2012
  • 1er prix au concours international des marais de Séné 2012
  • plusieurs publications dans le magazine Nat’ images
  • publication dans le mensuel Image & Nature
  • publication dans le prestigieux BBC wildlife magazine

Et puis, consécration parmi les consécrations … il a été interviewé par … moi ici même ! :-). Je vous encourage donc à écouter l’interview du photographe animalier Fabien Gréban.

fabien-greban-blanc-sauvage1

Blanc Sauvage par Fabien Gréban

En fait le vrai titre est Blanc Sauvage – Un hiver dans le massif du Jura aux éditions du Belvédère

Extrait de la 4ème de couverture.

Le photographe animalier Fabien Gréban vous emmène dans le massif du Jura, à la rencontre de la vie sauvage en hiver. Chaussez les raquettes et laissez-vous guider par les empreintes du renard dans la poudreuse. Vous croiserez l’hermine, qui jouera à cache-cache avec vous apparaissant de ci de là, parfois curieuse, souvent craintive. […] Tout au long de l’hiver, Fabien Gréban parcourt les sommets, les forêts et les combes à la recherche des ambiances et lumières propices à l’évasion.

Trouver l’idée d’un livre, son fil conducteur, peut-être un véritable casse-tête. J’imagine que pour Fabien, ce ne fut pas le cas. Il aime l’hiver. Il aime sa terre d’adoption le Jura.  Loin, très loin de moi l’idée de penser qu’il suffit de réunir ces deux conditions pour réussir ses photos et un livre.

Au contraire. Celui qui s’essaye à la photo animalière l’hiver connait l’extrême difficulté de l’exercice. Le froid qui fait mal, la neige qui gêne, le vent qui glace, le sens des animaux exacerbé, l’animal à respecter coûte que coûte font que photographier les animaux à cette saison est une véritable épreuve.

Quant au Jura … et bien c’est une montagne ! Ni plus ni moins. Son point culminant est à 1700 m. Le massif jurassien est caractérisé par un climat rude de type semi-continental à montagnard, malgré son altitude modeste et sa position géographique (c’est pas moi qui le dit c’est Wikipédia ). Pourquoi j’insiste la-dessus ? Parce qu’en plus de l’hiver, Fabien se rajoute une autre difficulté : celle de pratiquer son métier dans un environnement dur et complexe. Ça monte beaucoup, ça descend beaucoup, ça demande une connaissance du terrain accrue et ça vous place les animaux sauvages encore plus difficiles d’accès.

fabien-greban-blanc-sauvage2

En sachant cela, je ne peux être qu’admiratif de la très grande qualité du livre de Fabien. Toutes les images sont belles. Mais pas seulement. Elles sont prenantes. Elles nous invitent même à des réflexions de toutes sortes : «comment fait ce chevreuil pour survivre ? Quelle énergie le renard doit dépenser à chaque pas dans la poudreuse ! Fabien était vraiment sur place pour photographier dans un tel blizzard ? » et tant d’autres encore.

Des beaux livres de photographie animalière, je commence à en avoir vu passer un certain nombre. Il y en a pour tous les goûts : uniquement des photos et sans texte, des photos et un peu de texte, des photos et beaucoup de texte. Des textes techniques, des textes poétiques, des textes naturalistes.

fabien-greban-blanc-sauvage3

Blanc Sauvage s’inscrit dans les ouvrages donnant une grande part aux photos. Les textes étant au service des images. Pas facile comme exercice car, j’imagine, il s’agit de trouver le bon équilibre entre ne pas trop en dire et en écrire assez ! Sur ce coup-là, Fabien s’en est très bien sorti. Il donne pour les photos qui le demandent une ou deux phrases avec les détails nécessaires pour mieux comprendre – et apprécier – le contexte.
Sans se prendre pour un guide naturaliste (qu’il n’est pas) le livre présente quelques caractéristiques des animaux rencontrés. Simple, efficace et utile.

Fabien Gréban s’était fixé un objectif :

«réaliser des images qui mettent en valeur l’environnement et la vie sauvages, tout en incitant au rêve et au dépaysement » (extrait de la 4ème de couverture).

Fabien, je te le dis, tu as atteint haut la main ton objectif ! Chacune des photos du livre fait découvrir au lecteur la beauté et la rudesse de la vie sauvage jurassienne l’hiver. Et mieux encore, tu as réussi ce que recherche tout photographe animalier : sublimer la nature pour mieux la respecter.

Je suis sûr d’une chose : en refermant le livre Blanc Sauvage – Un hiver dans le massif du Jura, le lecteur prendra alors conscience de son confort exceptionnel. Que nos petits soucis d’hiver ne sont pas importants en regard du mode de survie permanente des animaux sauvages.

fabien-greban-blanc-sauvage4

Est-ce que j’ai aimé ce livre ? OUI !! Est-ce que je vous le recommande ? OUI !!

J’ai aimé :

  • les photos d’une beauté à couper le souffle
  • les textes utilisés à bon escient : comprendre sans aucun jargon technique le contexte de prise de vue, mieux connaitre les espèces découvertes dans le livre
  • la mise en page sobre et moderne : les photos sont mises en valeur et rien ne vient les perturber
  • le choix de placer une seule photo par page : pas de montage-collage hasardeux pour mettre plusieurs photos sur une page
  • la qualité de l’impression : rien à redire, c’est du chouette boulot fait de la part de l’imprimeur.

J’ai moins aimé :

  • Je pratique la photo animalière donc j’aime bien connaitre les données EXIFS des photos : quelle ouverture, quelle vitesse, quelle sensibilité … Hors de question évidemment de placer ces informations sous chaque photo ! Mais un index en fin de livre indiquant les informations de prise de vue aurait été un plus.

fabien-greban-blanc-sauvage5

Où acheter le livre ?

Le livre coûte 26 €. Vous pouvez l’acheter à la FNAC et dans les meilleures librairies.

Mais je vous recommande chaudement de vous le procurer par correspondance directement auprès de Fabien. Il vous le dédicacera ! Ça donne une toute autre valeur à l’ouvrage. Rendez-vous donc directement sur son site internet pour avoir toutes les informations nécessaires :
http://faune-jura.com/

Tentez de gagner le livre Blanc Sauvage

Ultra simple : répondez (bien) à ces 2 questions dans les commentaires. Si vous êtes plusieurs à répondre juste, alors je tirerai au sort le commentaire gagnant avec le site randomizer.org.

  • Question 1 : combien d’images comporte dans le site internet de Fabien la galerie « les plumes du Jura » ?
  • Question 2 : quel est le titre du billet posté par Fabien dans son blog le 29 juin 2014 ?

Le tirage au sort aura lieu le lundi 27 octobre à 12h00.
Bonne chance et bon courage !

fabien-greban-blanc-sauvage6

2
Participez à la discussion ou posez votre question !

avatar
10000
2 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Followers
 
Commentaire le plus commenté
Le fil de commentaires le plus chaud
0 Auteurs
Le Top 10 des photographes animaliers dans le mondeComment réduire vos photos floues Auteurs récents
  Être prévenu ...  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Être prévenu ...
trackback

[…] rencontré (virtuellement s’entend ) sur le tard, au détour d’une discussion avec Fabien Gréban. Vincent Munier par exemple a toujours affiché son admiration pour Jim Brandenburg. Et tant […]

trackback

[…] quand on est monté sur trépied. Oui et non. J’ai moi-même souvent dit oui !Tiens, par exemple Fabien Gréban me disait qu’il désactivait en permanence le stabilisateur de son 500 mm, puisqu’il était […]