Sélectionner une page

Disclaimer : Vous vous apprêtez à lire un article écrit par le photographe Laurent Duperier. C’est donc lui qui s’exprime. Il a créé un guide PDF à télécharger gratuitement.

10 conseils pour les débutants en photo nature

Après 25 ans passés à photographier la nature, je me suis aperçu que c’est grâce à elle que je suis arrivé à trouver un équilibre dans ma vie quotidienne.

Ce constat m’a poussé à aider les autres en devenant formateur. Je ne souhaite pas seulement vous apprendre comment photographier la nature, mais surtout pourquoi !

Cette fois c’est décidé, vous voulez voir la vie en XL, XXL, panoramique !!!

Pourquoi voir le monde à travers une petite lucarne quand on peut le contempler depuis une grande baie vitrée ? Vous voilà tout(e) excité(e) à cette idée, mais seulement comment faire ?

Il existe bien une solution rapide : recadrer en format panoramique une photo contenant suffisamment de pixels. En fait, ça équivaut à tailler dans la petite lucarne pour n’en garder qu’un bout… Déprimant. ☹

Non, vous ne voulez pas d’un pansement, mais d’une vraie solution.

Ok, voyons grand ! Suivez-moi à travers 10 étapes pour maîtriser la photo de nature panoramique !

Etape # 1 : Choisissez le bon matériel

Soyons clairs, faire une photo panoramique exceptionnelle demande un peu de matériel. En fait, ça dépend de vos objectifs. Entre réussir la photo et faire une photo à tomber par terre, la différence peut tenir à quelques accessoires.

Plus vous mettrez de chances de votre côté, plus le résultat sera facile à atteindre. Gardez bien en tête que même aujourd’hui, avec les progrès impressionnants des algorithmes des logiciels d’assemblage photo, si vous n’avez pas utilisé à la prise de vue le matériel adéquat, la photo sera décevante, voire bonne pour la corbeille.

Il existe 2 écoles de photographes :

  • Panoramique rapide à main levée.

C’est faisable si vous n’avez pas de trépied avec vous et êtes pressé, à condition de vraiment maîtriser la technique photo spécifique au panoramique. Sinon, vous allez au crash…

  • Panoramique précis sur trépied.

Préférable que l’on soit débutant ou expert. Ce qui est valable pour la photo de paysage classique l’est encore plus pour la photo panoramique.

Voici mes recommandations de matériel, classé par priorité :

Vous vous dites sans doute : il est fou d’avoir classé l’objectif grand angle en 11ème et le filtre polarisant en 12ème positions !

C’est clair, ces deux-là font partie de mes incontournables en photo de paysage classique !

Mais si vous saviez le nombre de photos panoramiques que j’ai jetées à cause d’un :

  • sujet principal perdu et minuscule au milieu d’un immense espace vide à cause du grand angle,
  • ciel avec une zone bleu très foncé et le reste du ciel bleu clair (en fonction du soleil) à cause du filtre polarisant.

Je m’en mords encore les doigts !!!

Croyez-moi, l’objectif grand-angle et le filtre panoramique sont de faux amis en photo panoramique !

Etape # 2 : Choisissez le lieu adéquat

Voir grand c’est bien, mais tous les sujets ne se prêtent pas au panoramique.

Vous avez flashé sur un lieu précis parce qu’il y a un élément qui a retenu votre attention. Aïe, ça commence mal.

Pour photographier en panoramique, il faut voir en panoramique. Ne restreignez donc pas votre attention sur un point précis mais au contraire, scrutez l’ensemble de la scène.

2 points importants pour choisir votre lieu de prise de vue :

  1. Pour qu’une photo panoramique soit réussie, il faut que toute la largeur de l’image soit intéressante !

S’il y a trop de zones vides ou des éléments parasites, ça ruinera la beauté de votre photo…

  1. Attention aux éléments mobiles dans l’image !

Si des éléments bougent d’une vue à l’autre (animaux, vagues…) ça créera des images fantômes lors de l’assemblage des photos car ils apparaîtront plusieurs fois à des endroits différents. Votre logiciel risque de ne pas pouvoir corriger ce problème et votre panoramique finira à la corbeille…

Comment faire alors pour bien composer ma photo ? Ne bougez pas, on voit ça ensemble dans l’étape #3.

Pic d’Orhy (Pays Basque)

Etape # 3 : Voyez large, mais composez juste

Composer une scène photographique, c’est faire des choix : retenir les éléments importants pour les mettre en valeur et écarter les autres.

Le problème avec le panoramique, c’est que le premier réflexe des débutants (ou photographes pressés) est de capturer l’ensemble de la scène qui se présente sous leurs yeux. C’est une erreur !

Rappelez-vous de l’étape # 2 : vos yeux filtrent naturellement ce qu’ils voient pour ne retenir que l’essentiel, pas votre appareil photo. Il capture tout : le bon et le mauvais.

Soyez attentif aux bases de la composition (règle des 1/3, utilisation des diagonales, équilibre des plans, etc…). La photo panoramique est très exigeante et laisse peu de marge de manœuvre pour composer car le champ est très large. La conséquence ? Négligez cette étape et aucun logiciel ne pourra sauver votre photo…

Massif d’Iraty (pays Basque)

Etape # 4 : Choisissez le bon format de prise de vue

Vous allez être tenté(e) de placer votre boîtier en format paysage (horizontal) pour couvrir plus rapidement l’ensemble de la zone du panoramique. Stop ! Basculez le boîtier en format portrait (vertical). Pourquoi ? Il vous faudra certes davantage de photos pour couvrir la zone, mais vous allez également couvrir un plus large champ vertical.

Pourquoi c’est important ? Dans l’exemple ci-dessous, à gauche il aura fallu seulement 3 photos pour faire le panoramique, mais il manque des éléments importants de la scène (sommet de la montagne et 1er plan).

A droite, 6 photos auront été nécessaires mais le résultat est sans comparaison…

De plus, lors de l’assemblage des photos sur ordinateur, vous aurez plus de marge en cadrant en vertical pour rogner dans la photo et ne conserver que le meilleur du panoramique !

Etape # 5 : Anticipez la bonne exposition

De la même manière qu’un filtre polarisant peut ruiner votre ciel en panoramique, les écarts d’exposition seront très difficiles à corriger lors de l’assemblage.

Plus le champ photographié sera large et plus les écarts d’exposition seront visibles. En effet, vous pouvez très bien démarrer avec le soleil presque dans votre dos et terminer face à lui ! Imaginez les écarts de luminosité sur une même image !

Alors, comment faire ? Reprenez la main sur les automatismes !

  1. Passez en mode d’exposition manuelle (mode M).
  2. Observez la position du soleil par rapport à la scène à photographier.
  3. Mesurez la lumière dans la zone à mi-chemin (exposition moyenne) entre le soleil et la zone la plus sombre.
  4. En prenant les photos, corrigez manuellement l’exposition vis-à-vis de la valeur moyenne :
    • +0.3 IL pour chaque photo qui va en direction de l’ombre,
    • -0.3 IL pour chaque photo qui va en direction du soleil.

Plus clairement, ça ressemble à ça si vous commencez votre panoramique à gauche et allez vers le soleil à droite :

Le résultat final devrait être une exposition homogène sur toute la surface de la photo.

Loch Cluanie – Highlands (Ecosse)
Loch Cluanie – Highlands (Ecosse)

Etape # 6 : Apprenez à bien pivoter

Ne croyez pas qu’il suffit de pivoter sur vous-même et d’enchaîner les vues pour réussir un assemblage parfait des images. En photo panoramique, pour que les vues s’assemblent parfaitement il est indispensable qu’elles aient été prises depuis le même point de vue ! Si ce n’est pas le cas, vous vous exposez à des raccords mal ajustés.

4 points importants :

  • Pivotez autour du point nodal (plus exactement de la pupille d’entrée) de votre objectif. Ne fixez pas votre boîtier au trépied à partir du pas de vis situé sous la semelle de celui-ci. Utilisez une tête panoramique en « L ».
  • Attention avec les zooms, la pupille d’entrée (et donc l’axe de rotation) se déplace dans l’objectif si l’on zoome ou dé-zoome. Ne l’utilisez pas en position grand-angle et repérez l’axe de la pupille d’entrée (en collant par exemple une pastille sous l’objectif) pour chaque focale que vous comptez utiliser en panoramique.
  • N’utilisez pas d’objectif grand-angle (encore ce faux ami) car les distorsions de ce type d’objectif amplifient les problèmes d’ajustement des vues (sauf si le sujet et le 1er plan sont distants).
  • Plus le 1er plan est proche, plus il faut être précis en pivotant car le moindre écart de raccord se verra lors de l’assemblage.

Mais c’est quoi ce point nodal ?

Il correspond à « l’œil » de votre objectif et se situe au niveau du diaphragme (équivalent à l’iris de l’œil humain). L’appellation juste est : pupille d’entrée.

Rien de mieux que quelques dessins pour comprendre.

Comment pivoter ?

Etape # 7 : Ne vous précipitez pas

Vous avez correctement positionné votre boîtier sur le trépied et n’avez qu’une idée en tête : déclencher !

Pas si vite. D’abord, faites un balayage intégral de la scène avec l’œil dans le viseur, pour vérifier que :

  • Vous avez bien l’intégralité du 1er plan qui entrera sur la totalité de l’image finale. Et oui, ça peut être bon sur les 1ères vues et en pivotant vous vous rendez compte qu’il vous manque un bout de rocher plus proche de vous.
  • Vous ne coupez pas un des sommets de la montagne ou d’un arbre (vous n’y croyez pas ? Pourtant ça m’est arrivé ☺).
  • Si vous avez le soleil dans le dos, votre ombre ne se projette pas dans le cadre (dans l’enchaînement des vues ça peut arriver).
  • Aucun élément parasite ne vient ruiner votre photo (déchet…).

Ces conseils peuvent paraître évidents car ils s’appliquent déjà à toute photo de paysage, mais la difficulté du panoramique c’est que vous ne devez pas être attentif sur 1 photo mais 5, 7, 9 ou plus enchaînées…

Etape # 8 : Maîtrisez l’art du recouvrement

Pour assembler correctement vos photos, votre logiciel a besoin de votre aide.

Si vous associez vos photos sans les faire se chevaucher sur environ 25% de leur surface, vous ne donnez pas de repères à votre logiciel d’assemblage. Déception assurée…

Par exemple, si un arbre se trouve à droite de la 1ère vue, placez ce même arbre à l’extrême gauche de la 2ème vue. Votre logiciel reconnaîtra la forme de l’arbre et fera ainsi un ajustement précis.

Egalement, dans la même logique que l’étape #9 qui suit, facilitez-vous la lecture de vos photos panoramiques en les prenant toujours de la gauche vers la droite. C’est le sens de lecture habituel. Ainsi, tant sur l’écran arrière de votre boîtier que sur celui de l’ordinateur, l’enchaînement des vues constituant le panoramique vous apparaîtra facilement.

Etape # 9 : Taguez vos photos panoramiques

Ouf, ça y est ! Vous avez réussi la prise de vue de votre superbe photo panoramique. Bravo, le plus dur est fait.

Le problème pourtant, c’est que les 7 (ou plus) photos verticales sont mélangées sur votre carte mémoire à toutes les autres prises le même jour, de façon classique cette fois.

Le risque ? C’est que si vous n’exploitez pas de suite vos photos, vous risquez d’oublier que ces photos verticales mal composées de manière individuelle sont en fait chacune un bout d’une image panoramique.

Vous voyez où je veux en venir ? Vous risquez de les supprimer de la carte (ou du disque dur de l’ordinateur) car tant qu’elles ne sont pas assemblées, elles semblent plutôt moches.

Mon astuce : taguez vos photos panoramiques. Il existe généralement une fonction de protection sur les boîtiers. Ainsi, pas de risque de boulette !

Etape # 10 : Choisissez le bon logiciel pour assembler vos photos

Vous avez parfaitement réalisé chaque étape de la prise de vue panoramique et vivez enfin l’excitation de voir le résultat lors de l’assemblage final des photos.

A l’heure actuelle, beaucoup de logiciels sont capables de faire de l’assemblage panoramique. Certains utilisent des plug-ins dédiés à cette fonction. C’est pratique pour débuter…

Pourtant, si cette méthode photographique vous plait et que vous souhaitez en tirer le meilleur, je vous conseille de choisir un logiciel dédié.

Il en existe plusieurs qui sont excellents, en particulier actuellement PT Gui semble être le meilleur.

J’utilise pour ma part depuis de nombreuses années Autopano pro. L’un des pionniers, qui n’est malheureusement plus en vente depuis 2018 mais est excellentissime en rendu et simplicité d’utilisation.

Conclusion

Au travers de ces 10 étapes, vous avez le chemin à suivre pour débuter de la meilleure des manières dans le domaine particulier de la photo nature panoramique.

Je vais être honnête avec vous. Même avec les progrès constants du matériel photo et des logiciels d’assemblage, c’est une technique qui demande de la rigueur et de la persévérance. Au début, il y aura des ratés.

La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que vous maîtrisez la recette, il suffit de la reproduire à chaque fois pour obtenir des résultats époustouflants !

Maintenant, c’est à vous de jouer. Lancez-vous et voyez la photo nature en XXL !!!

Vous souhaitez aller plus loin dans le domaine de la photo panoramique et cherchez l’inspiration ?

Pour son immense travail pédagogique sur la technique panoramique, je vous conseille le site d’Arnaud Fritch

Pour vous inspirer et vous en mettre plein les yeux, je vous recommande le site de Samuel BITTON

A bientôt.

Laurent Dupérier

Après 25 ans passés à photographier la nature, je me suis aperçu que c’est grâce à elle que je suis arrivé à trouver un équilibre dans ma vie quotidienne.

Ce constat m’a poussé à aider les autres en devenant formateur. Je ne souhaite pas seulement vous apprendre comment photographier la nature, mais surtout pourquoi !

👋Une surprise ici
👋Tu peux rejoindre mon canal privé Telegram où j'explique mes stratégies pour gagner de l'argent grâce à la photo. Pour ça, clique sur le bouton