Sélectionner une page

Pour le sixième épisode de l’émission Une Question / Une Réponse, je vous explique comment faire pour isoler le sujet, j’imagine bien souvent un animal sauvage, du fond de l’image.

Vous pouvez retrouver les précédents épisodes ici.

Pour synthèse, voici une photo du tableau blanc. Pour la télécharger, pensez à faire un clic droit > enregistrer sous.

capture_ecran_tableau

 

Transcription texte de la vidéo

Salut à tous les passionnés de photo animalière et de nature ! Je suis heureux de vous retrouver pour ce 6ème épisode de l’unique émission sur la photo animalière du web 1 question 1 réponse.

Aujourd’hui je réponds à une question de m’a posée Alain le mois dernier par mail.

Question : comment faire pour faire en sorte que le sujet de détache de l’arrière plan ?

Ma réponse :

La question d’Alain tombe bien car ça faisait un moment que je voulais aborder ce sujet.

Vous le savez si vous me suivez depuis pas mal de temps, je reçois quasiment quotidiennement des demandes de conseils par mail. Et parmi ces demandes, il y a souvent une demande de critique photo. Le temps me manque pour répondre de manière détaillée mais je me fends toujours d’une petite phrase.

Et le défaut qui revient presque systématiquement dans les photos d’animaux qu’on m’envoie, c’est la présence d’un arrière plan trop présent, qui brouille la lecture de l’image. Et c’est très problématique.

Voyons ensemble pourquoi est-ce un problème et surtout comment faire pour y remédier.

Pourquoi est-ce un problème ?

On va parler ici un tout petit peu de composition artistique. En tout cas dans les grands principes.

Qu’on fasse de la photographie animalière, de la photo de portraits, de la photo urbaine, de la photo de paysage, et même, en allant plus loin du dessin ou de la peinture, il y a un principe fondamental commun à toutes ces pratiques : guider le regard du spectateur. Attention, quand je parle de spectateur, je parle de la personne qui regarde l’image, la photo qu’elle a en face des yeux.

Je redis donc ce qui doit toujours être présent dans votre esprit au moment de prendre la photo : guider le regard du futur spectateur.

Et il n’y a rien de pire pour celui qui regarde une photo que d’être perdu dans l’image, de ne pas savoir où poser son regard, quoi regarder. C’est pénible et perturbant .

Il existe malheureusement de nombreux choses qui peuvent venir brouiller la lecture de l’image. Je ne vais vous parler aujourd’hui que d’une seule mais peut être la plus importante : l’arrière plan, qu’on appelle aussi le fond. Il est souvent trop présent, trop visible, bref trop net … aussi net que le sujet lui-même !

Et voilà la grande erreur de beaucoup de débutants : prendre une photo d’un animal sauvage qui sera aussi net que l’arrière plan ! C’est terrible pour le spectateur ! Quel est le vrai sujet ? l’animal ou le fond ? L’animal ou les arbres en fond, l’animal ou le lac en fond ? L’animal ou ses congénères en fond ?

Avoir un arrière plan aussi net que le sujet lui-même est le véritable problème qu’il faut à tout prix régler. Comment ? Et bien en gommant le fond, en gommant la forêt, le lac, les autres animaux qui sont à l’arrière du sujet.

Ainsi, celui qui verra votre photo ne se posera pas 30 000 questions : il comprendra en 1/10 de seconde où est le sujet principal, quoi regarder, où porter son attention ?

4 solutions au problème

Alors comment gommer, rendre moins présent voire même inexistant l’arrière plan ?

Vous allez voir, c’est très simple, et rassurez-vous, je ne vais pas vous apprendre à utiliser photoshop ! Pas besoin, tout se fait dès la prise de vue.

Il y a 4 règles à suivre et à connaitre par coeur. Quatre ça n ‘est pas beaucoup, bien moins qu’une fable de la Fontaine que vous appreniez en CM2 à l’école ! Pas d’excuses donc : vous devez toujours avoir en tête ces 4 règles à partir d’aujourd’hui ! 🙂

Règle #1 : Utiliser une faible profondeur de champ

Je ne vais pas entrer dans les explications techniques, je n’ai pas le temps en 10 minutes. Sachez simplement que vos réglages doivent être faits de manière à avoir au moment de la prise de vue une faible profondeur de champ, autrement dit une zone de netteté réduite. Le sujet sera dans la zone nette alors que le fond sera lui dans la zone de floue !

Comment faire :

  • mettez-vous en mode priorité ouverture, choisissez la plus grande ouverture de votre objectif, c’est à dire un petit chiffre f/ comme f/5.6 par exemple,
  • faites la mise au point sur l’animal, évidement 🙂

Règle #2 : Utiliser une grande focale

C’est à dire un zoom puissant. Vous ne pourrez pas avoir un fond flou avec un objectif grand angle pour les paysages comme un 18 mm. Mais vous aurez un fond flou avec un 200, 300, 400 ou 500 mm. Vous l’avez compris, plus la focale est élevée plus l’arrière plan sera flouté, gommé.

Alors si vous avez un 500 mm ouvert à f4 et bien le fond sera plus flou que si vous utilisez un 70-300mm ouvert à f/5.6, toutes choses égales par ailleurs.

Règle #3 : Avoir un arrière plan éloigné

Plus les éléments de l’arrière plan sont éloignés de l’animal photographié, plus ces mêmes éléments seront flous, quelqu’ils soient.

Je vous montre en exemple une image qui s’affiche sur la vidéo : c’est une photo d’un renard que j’aime beaucoup pour les circonstances de prise de vue qui étaient assez fortes. Par contre, remarquez comme le fond, qui est une haie, est présent, donc gênant.

Pourtant, j’avais à l’époque mon 70-300 mm zoomé à 300 mm et avec une ouverture maximale à f/5.6. J’étais au maximum des possibilités de mon matériel pour réduire ma profondeur de champ.

Pourtant la haie reste présente, trop nette. Pourquoi ? Parce qu’elle est trop proche du sujet lui-même. En gros, le renard et la haie n’étaient pas assez distants l’un de l’autre. Il aurait fallu que la haie soit à au moins 10 mètres.

Le problème c’est que pour cette règle numéro 3, je ne maitrise pas tous les paramètres et vous non plus. Si le renard est un mètre devant la haie et bien je n’y peux rien ! 😉 Alors que pour les règles 1 et 2, là, je maitrise ces paramètres, je ne dois donc pas me priver.

Règle #4 : La distance qui vous sépare du sujet

Là encore, c’est une règle pour laquelle vous n’avez pas totalement la main, contrairement aux points 1 et 2.

Vous devez savoir que :

  • si vous êtes proche de votre sujet, cela va réduire d’autant la zone de netteté et donc placer l’arrière plan fortement dans la zone de flou
  • à l’inverse, plus vous êtes éloigné de votre sujet, et la zone de netteté sera grande et par conséquent, plus l’arrière plan se situera dans la zone de netteté.

Ça n’est pas toujours possible quand on photographie la nature sauvage, on ne peut pas déplacer comme on le ferait dans un studio les éléments de l’image. Je sais bien. Et puis il est souvent difficile de s’approcher fortement d’un animal sauvage.

Mais ça ne vous empêche pas d’avoir cette règle en tête tout le temps. 🙂

Je résume :

Pour que mon sujet soit mis en valeur, pour qu’il se détache du reste de l’image il faut :

  • que mon sujet soit net et que l’arrière plan soit flou
  • que ma profondeur de champ, ou zone de netteté soit faible alors :
    • j’ouvre au maximum mon diaphragme, c’est à dire un petit chiffre f
    • j’utilise la plus grande focale possible, autrement dit le plus fort zoom
    • mon sujet doit être, autant que faire se peut, le plus éloigné possible de l’arrière plan (une haie par exemple)
    • je dois être le plus proche possible de mon sujet, dans la mesure de possible évidemment!

Maintenant c’est à vous de jouer ! J’adore lire vos commentaires, vos remarques alors allez-y, faites vous plaisir !

Je vous dis à la semaine prochaine, belles photos à tous. 🙂

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color= » custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color= » icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’ av_uid=’av-1vdrcz’]