Sélectionner une page

Si vous avez déjà tenté la photographie d’un oiseau en vol, vous avez sans doute remarqué qu’une grande quantité de vos images finissent dans votre corbeille numérique (ça coûte toujours moins cher que lorsque c’était la pellicule qui finissait dans la corbeille, la vraie !). Et parmi les nombreux échecs, quelques images, par bonheur, sans trop comprendre pourquoi sont acceptables. La frustration vous gagne et vous pensez même que ce domaine de la photo n’est pas pour vous. Allez, reprenez-vous, je vous propose de découvrir quelques procédés qui permettront d’accroître considérablement vos chances d’obtenir une photo d’oiseau en vol réussie!

[yellowbox]Bonus Gratuit : Télécharger gratuitement la Checklist «Photographier les oiseaux en vol» pour vous permettre de réussir vos photos d’oiseaux en vol à tous les coups ![/yellowbox]

Mouette rieuse en vol

Une mouette rieuse prise en vol

Une précision importante : une fois n’est pas coutume, cet article est publié en deux parties. Vous allez lire la première qui traite du matériel. Pour la seconde, sur les réglages, c’est ici : photographier les oiseaux en vol, partie 2

Le choix de l’objectif

On aurait envie d’emblée de monter sur le reflex le gros et lourd 500 mm qui va bien pour prendre l’oiseau en vol en gros plan. Et bien ça n’est pas forcément le meilleur choix ! Car celui qui a la chance (et le portefeuille qui va avec) de posséder un tel téléobjectif, ferait mieux de le ranger et de sortir à la place un léger téléobjectif avec une focale moyenne. En voici quelques exemples : 300mm f/4 Canon, 400mm f/5.6 Canon, 200-400mm f/4 Nikon ou 70-300 mm f/5.6 Sigma. Il y en a plein d’autres bien sûr.

Vous devez d’abord privilégier la légèreté à la place de la puissance du zoom. Car prendre un oiseau en vol nécessite de le suivre, et donc de déplacer parfois très vite le couple reflex/objectif. Si ledit couple pèse 3 tonnes (c’est une expression, hein ! 😉 ) vous aurez le plus grand mal à embrasser les trajectoires du volatil. La légèreté d’un téléobjectif moyen sera donc un atout. Et rien ne vous interdit de recadrer après coup sur votre ordinateur une photo, y a pas de mal à ça.

Trépied ou pas trépied ?

Quand on shoote au 300 ou 400 mm, c’est conseillé : plus la focale est grande, plus votre zoom est puissant et plus vous pouvez générer du flou de bougé. C’est à dire que le moindre tremblement de votre part se répercute sur la photo. Pour éviter tout ça, un bon trépied ou un sac de riz sont parfaits… sauf pour la photo d’oiseau en vol, en particulier pour les plus rapides comme les rapaces !

Je réponds donc à la question : renoncez au trépied ou tout autre accessoire qui gênerait vos mouvements. Bon, à ce stade de l’article, j’espère que vous avez compris que l’idée directrice est la maniabilité 🙂 !

Bien tenir votre appareil photo

Bah avec les deux mains bananes ! Oui, je reconnais que la question peut surprendre. Et pourtant, c’est une des clés de la réussite car vous serez confronté au problème suivant : déplacer l’appareil pour suivre l’oiseau et en même temps l’avoir net sur la photo.

bien tenir son appareil photo

Bien tenir son appareil photo pour des oiseaux perchés et au décollage

bien tenir son appareil photo

Bien tenir son appareil photo pour les oiseaux en vol

Voici votre serviteur qui vous montre ci-dessus la bonne façon de tenir votre couple reflex / objectif. Ca n’est pas un détail, loin de là, car la manière dont vous tenez votre matériel conditionne la qualité de vos photos. Et cerise sur le gâteau, les gens se diront : «t’as vu comme il tient son appareil, c’est surement un pro !» 🙂 Alors une bonne position vous permettra de pivoter facilement en ayant :

  • les pieds plantés dans le sol et écartés pour une bonne stabilité
  • les coudes collés prêts du corps pour gagner en encore en assise
  • une main tenant fermement le reflex et l’autre peut-être un peu plus détendue sur l’objectif

N’hésitez pas : faites des essais à vide, trouvez une posture qui vous est confortable. Le but étant de déplacer votre appareil pour suivre précisément un oiseau en vol tout en étant le plus stable possible. C’est je trouve une excellente manière d’avoir un bon équilibre et un contrôle complet des mouvements.

 J’ai choisi de présenter deux positions différentes :

  • sur la première, je vise à l’horizontale. Cette position vous permettra non seulement de prendre des photos d’un oiseau perché, mais vous serez aussi prêts à réagir en cas d’envol de celui-ci.
  • sur la deuxième photo, voici typiquement le posture pour la prise de vue d’oiseau en vol dans le ciel. Vous remarquerez que la position de mes mains est pratiquement identique à la position horizontale. Encore une fois, ne perdez pas de vue que votre position doit permettre de déplacer votre matériel dans toutes les directions… Et surtout de réagir vite, très vite ! N’avez-vous jamais remarqué la vitesse à laquelle des hirondelles sont capables de changer de direction ?

Je suis à l’aise avec cette position, il n’est pas dit que cela soit le cas pour vous ! Je le répète, c’est la recherche de la maniabilité et de la stabilité qui doivent guider votre positionnement.

J’ai expliqué et illustré du mieux que je pouvais comment tenir votre reflex, mais tout n’est peut-être pas clair. Pour compléter je vous propose de regarder cette vidéo de Blaise Fiedler, photographe pro, sur l’art de bien tenir son appareil photo.  C’est en français, pour une fois, et plutôt bien fait. Ca se passe juste en dessous.

Vous pouvez aussi aller lire la seconde partie de cet article qui traite des réglages à choisir pour son reflex, cliquez sur ce lien : comment photographie un oiseau en vol – partie 2

Si vous avez des astuces pour photographier un oiseau en vol, dites-le dans les commentaires !