Sélectionner une page

Pour le premier épisode de l’émission Une Question / Une Réponse, j’ai choisi de vous parler de l’appâtage des animaux avec de la nourriture. Peut-on, oui ou non, se permettre de placer de la nourriture dans la nature pour attirer les animaux ? La réponse dans la vidéo !


Pour synthèse, voici une photo du tableau blanc (promis, la prochaine, ce sera mieux écrit, il y aura des couleurs et tout et tout 🙂 .

copie-tableau

Transcription texte de la vidéo

Bonjour et bienvenue à tous dans cette nouvelle émission et ce nouveau projet pour votre blog préféré ! Bienvenue dans le premier numéro de l’émission 1 question 1 réponse. Une émission que vous pourrez retrouvez une fois par semaine, chaque vendredi.

Voici donc un nouveau moyen pour vous permettre encore et encore de progresser en photo animalière. J’ai déjà une bonne liste de questions pour les prochaines émissions mais je vous encourage fortement à poser la votre.

Ah, j’oubliais : chaque émission est courte, jamais plus de 10 minutes. J’ai voulu un format court, concis pour que vous puissiez facilement regardez les vidéos. On peut tous se dégagez 10 petites minutes dans nos journées bien remplies non ? 🙂

Allez, c’est parti pour le premier numéro de 1 question 1 réponse !

La question : Certains photographes animalier utilisent la technique de l’appât pour attirer les animaux sauvages ? Alors faut-il appâter ou pas ?

Et la réponse.

Il faut tout d’abord distinguer 2 choses : le nourrissage et l’appâtage.

Le nourrissage étant l’action de nourrir, c’est à dire donner à un animal les aliments nécessaires à sa vie, à son développement

Quant à l’appâtage, c’est l’action d’attirer, d’allécher un animal avec un justement un appât.

Voyez comme les deux choses sont différentes. Dans le premier cas, on cherche à subvenir aux besoins physiologiques d’un animal sauvage, le nourrissage donc. Et dans le deuxième cas, on cherche simplement à l’attirer vers un endroit stratégique avec des appâts de nourriture.

La première chose à savoir, et on est là au delà du domaine de la photo animalière : le nourrissage des animaux sauvages est interdit. Et ce pour plusieurs raisons que je vous livre comme ça à la volée :

  • ça perturbe tout simplement la faune : vous modifiez les habitudes naturelles de l’animal et vous risquez fortement de rendre l’animal sauvage dépendant de l’homme.
  • ensuite, vous pouvez tout bêtement empoisonnez l’animal ! Ce qui est bon pour l’homme ne l’es pas forcément pour les animaux. Prenez la cas du pain : il est nocif pour la plupart des oiseaux.
  • autre choses encore : nourrir régulièrement et au même endroit risque de provoquer une concentration d’animaux sauvages avec pour conséquences la propagation plus facile de maladies et de parties entre animaux.

Bref, concernant la question du nourrissage régulier, en quantité et habituel est à proscrire pour tout photographe animalier. Les animaux doivent uniquement se nourrir des ressources du milieu naturel dans lequel ils vivent.

Maintenant j’en viens à la question d’appâter les animaux pour les faire venir ou le photographe souhaite : c’est à dire vers un affut construit par ses soins. Evidemment, appâter peut être fait avec différentes méthodes :

  • imiter le cri de l’animal convoité
  • l’attirer avec des odeurs précises et donc avec de la nourriture.

C’est, on ne va pas se mentir, une méthode très efficace pour attirer les animaux. Prenez le cas de la célèbre mangeoire à oiseaux l’hiver !

Alors comment faire concrètement pour attirer des animaux avec de la nourriture vers son affut pour maximiser ses chances de réussite photo et surtout, sans commettre d’erreurs éthique ?

Premièrement : se restreindre qu’à certaines espèces, et s’interdire de le faire pour d’autres. On peut le faire pour des rongeurs type campagnols, pour les écureuils, pour bien sur les petits oiseaux, les passereaux comme les mésanges ou le rouge gorge. Par contre, je m’interdis de le faire pour les prédateurs type renard et chat sauvage. Idem pour la buse et les autres rapaces.

Deuxièmement : il faut appâter intelligemment. C’est à dire connaitre parfaitement le régime alimentaire de l’animal. Pour le cas de l’écureuil, vous ne l’aurez jamais avec des carottes. Par contre, des noisettes, évidement ça marche. A vous de faire les recherches nécessaires dans des livres ou sur internet pour ne pas faire d’impair.

Troisièmement : placer la nourriture stratégiquement. Je reviens sur l’écureuil. Si vous placez des noisettes par terre à la volée : ce n’est pas l’écureuil qui viendra les manger mais les souris et les mulots. Là encore, une connaissance accrue du comportement de l’animal vous permettra de savoir que placer les noisettes en hauteur dans les arbres fonctionnera beaucoup mieux.

Quatrièmement : gardez toujours en tête que vous ne nourrissez pas mais que vous appâtez ! Ne mettez pas tous les jours 10 kg de noisettes par terre dans un sac ! Mais au contraire, placez une fois par semaine, 3 ou 4 noisettes dans 3 ou 4 points en hauteurs bien précis : là ou vous souhaitez que l’animal vienne pour la photo !

Cinquièmement : faites ce travail sur le long terme pour que quand vous serez à l’affut, l’animal vienne là ou vous l’espérez.

Je vous remercie d’avoir suivi la première émission de 1 question 1 réponse. Si ça vous a plu, faites le savoir autour de vous et partagez la vidéo sur Facebook, twitter, google plus ou d’autres encore.

A vendredi prochain !