Un affût photo est-il obligatoire pour photographier les lapins de garenne ?

Pas mal d'observation et la construction d'un affût couché bien intégré m'a permis de faire ce portrait au 300 mm

Pour ceux qui découvrent le blog et donc mon super défi, voici un petit rappel. Je me suis lancé un défi : suivre pendant 52 semaines les aventures d’un clan de lapins de garenne. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.

Les images de lapin de garenne que je pense avoir le mieux réussies à ce jour ont été faites sans affût photo. Et pour échanger sur le sujet avec d’autres photographes blogueurs, les bonnes photos de lapins que l’on voit actuellement sur leurs blogs ont aussi été prises en dehors d’une cache. La question mérite donc vraiment d’être posée. Je vous propose de lister les avantages mais également les contraintes quand on n’utilise pas d’affut photo, et surtout de découvrir ce que j’utilise à la place !

Un lapin de garenne de profil

Un lapin de garenne de profil

PENTAX K100D + Sigma 70-300 à 300 mm – f/5,6 – 1/125 – 400 ISO – Bean Bag

Les avantages

  • la possibilité de changer d’angle de prise de vue à chaque sortie. Et donc de varier les fonds, la composition et même les sujets photographiés
  • être complètement indépendant du sens du vent. S’il souffle d’est en ouest, pas de problèmes, vous vous adaptez et s’il souffle dans le sens contraire le lendemain, vous changez de poste
  • vous rompez la monotonie. A changer souvent de poste, on est plus a même de rencontrer d’autres espèces, pas toujours prévues : ce petit coté imprévisible me plait
  • vous libérez votre créativité. Rien que ça ! Vous avez en tête une photo particulière ? Vous vous la construisez très vite, sans avoir à placer un affut qui vous demandera des efforts et du temps supplémentaire
  • vous gagnez du temps de pratique : je préfère, pour l’instant et pour mon défi, passer du temps à observer et à photographier plutôt qu’a construire un affut. Attention, je dis cela car les lapins de garenne supportent bien l’absence d’affut, alors que d’autres espèces, non. Et je suis conscient également que pour de nombreux photographes, la construction d’un affut fait partie intégrante d’une démarche globale naturaliste.

Les contraintes

  • un manque de confort évident. Cela pourra écourter vos séances photos de ne pas pouvoir vous dégourdir les articulations quand les crampes surviennent
  • les lapins s’habituent à la présence d’un affût, cette intrusion dans leur environnement les gêne quelques temps puis ils s’en accommodent. En revanche, un photographe même bien camouflé provoque un changement qui les rendra plus méfiants, au moins au début
  • la sortie de séance est parfois problématique. Dans un affut, on sort par l’arrière ( s’il est bien conçu ! ) et tout va bien. En approche, il faut redoubler de discrétion pour ne pas faire fuir toute la famille, car même si c’est la fin de la sortie, les animaux associeront votre silhouette à un danger potentiel.

Alors, l’affut photo, obligatoire ou pas ?

Je ne ferai pas de réponse de normand ! Je pense sincèrement qu’un affût n’est pas indispensable pour photographier les lapins de garenne. Il l’est pour d’autres mammifères bien plus méfiants, ou mieux équipés pour détecter la présence de l’homme : les cerfs, les biches, les chats sauvages par exemple. Evidemment il y a un contre-exemple à ce que je dis en la personne de Fabrice Cahez, un maître en billebaude qui n’a pas besoin d’affût, il nous le démontre dans le DVD les secrets de photographes animaliers.

Alors vous l’aurez donc compris, dans l’immédiat, je ne vais pas construire un nouvel affût. Et si je dois en installer un, me rendant compte que je me trompe, je le ferai couché, car je pense que cela donne de meilleurs résultats.

Un lapin de garenne à la recherche de nourriture

Un lapin de garenne à la recherche de nourriture

PENTAX K100D + Sigma 70-300 à 300 mm – f/5,6 – 1/125 – 400 ISO – Bean Bag

De nouvelles obligations

En me mettant dans une cache déjà en place depuis plusieurs mois, même si j’y vais une fois par semaine, ça n’est pas gênant, étant donné que l’environnement des lapins n’est pas modifié. Alors si je souhaite avoir des attitudes aussi naturelles qu’avec une cache, je dois maintenant chercher à me faire “ accepter “. Non je ne me déguiserai pas en lapin 🙂 mais je ferai des sorties plus fréquentes.

L’idée est de leur dire : bon vous allez souvent voir un espèce de truc marron à différents endroits de la garenne, mais ce truc ne bouge pas beaucoup, il fait de temps en temps un clac clac bizarre et surtout il ne vous veut pas de mal. Le temps passé sur le terrain auprès de l’animal est primordial et devra mettre les lapins en confiance.

Quel matériel de camouflage pour remplacer un affut ?

Ne pas utiliser d’affut  ne signifie pas non plus arriver sur place en jean baskets et l’appareil autour du cou. Non, il faut être irréprochable sur la tenue adoptée et l’équipement de camouflage. Voici ce que j’utilise :

  • des habits marrons – vert ( les habits de randonnée vont en général très bien ) que je laisse dans une caisse dédiée, dehors  pour ne pas qu’elles soient trop imprégnées d’odeurs humaines
  • un grand tissu marron épais en coton ( ne fait pas de bruit ) percé de deux trous ( pour la tête et pour l’objectif )
  • un bean bag ( littéralement sac de haricot ) détourné, je m’explique : j’ai emprunté à madame le coussin tour de cou de voyage en voiture ! Il est parfait : gris marron, rempli de sable et surtout est très stable 🙂
  • un tapis de sol marron ( les tapis de camping ) pour gagner un peu en confort

Voilà, c’est tout. Pour le moment, cet équipement suffit. Je pense tout de même utiliser une cagoule avec une toile de camouflage devant les yeux car je pense que mes deux grosses billes me trahissent trop.

15
Participez à la discussion ou posez votre question !

avatar
10000
9 Fils de commentaires
6 Réponses aux fils de discussion
0 Followers
 
Commentaire le plus commenté
Le fil de commentaires le plus chaud
7 Auteurs
Photographier le chevreuil : le guide completVirginieStephaneSuper défi - semaine 7 : se fixer un challenge pour photographier les lapins de garennejérôme Auteurs récents
  Être prévenu ...  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Être prévenu ...
trackback

[…] il fait partie de la famille des ongulés, ses sabots marquent bien le sol. Autant pour le lapin de garenne ou l’écureuil, trouver des traces de pattes est hasardeux, autant pour le chevreuil, ça […]

Virginie
Invité

Je fais partie des camouflés, ok pas sexy mais quelques avantages: mon homme sait que je ne pars en « chasse » photo que pour la nature:-)) De plus cela amuse les chasseurs qui du coup me filent des tuyaux. C’est un vêtement très pratique et confortable, associé à une cagoule et gants j’ai suivi un matin d’automne un renard qui mulotait à 25m juste assise au pied d’un chêne. J’y ai associé depuis une cheche filet (grâce aux « Secrets des photographes animaliers ») et là c’est le top plus d’affût à transporter, long à monter et gênant mon champ de vision et j’aime voyager léger donc j’assume.
De plus en pays de Brocéliande, on est méfiant devant les envahisseurs de terrains, avec ce système on affûte incognito… La billebaude est passionnante en repérage mais je crois que mes chevreuils et oiseaux préférés ont été réalisés en affût filet juste placée à un bon endroit après repérage et connaissance de l’animal choisit, après il y a l’inattendu. Il ne doit pas y avoir de recettes miracles. Après camo ou vêtements foncés, on cite surtout l’importance de casser la forme humaine.
De nombreux photographes animaliers expliquent que l’affût fixe garde notre odeur au bout de 3h de planque, une raison de plus?… En tout c’est un sujet pertinent. Un bean bag me tente l’idée du coussin excellente, mon inquiétude le poids du sable?…
Gonflable ça ne marcherait pas?…

Stephane
Invité

Bonjour Régis,

Personnellement, je trouve que les habits « camo » sont souvent plus confortables, plus solides et plus pratiques (nombreuses poches) que d’autres. C’est sans doute parce qu’ils ont été conçus pour des chasseurs ou des militaires qui ont aussi les mêmes critères que solidité que nous.
Donc, même si je me sens pas trop à l’aise lorsque je porte des habits qui me font ressembler à un militaire ou un chasseur, c’est ceux que j’adopte souvent. De plus, ce n’est pas anecdotique, mais l’arrivée de ce type d’habits depuis quelques années dans la mode « de tous les jours » me rend plus discret au regard des passants (sauf lorsque je suis allongé dans un endroit ou dans une position incongrue !

Par ailleurs, j’ai adopté le filet de camouflage depuis peu (celui qu’on peut porter autour du cou comme une écharpe), mais je trouve que c’est un super outil qui peut permettre d’improviser un affût en quelques secondes le long d’une haie ou devant un bosquet.
Enfin, j’ai toujours aussi une moustiquaire « de tête » dans une poche : ça ne prend pas de place, mais cela masque le visage tout en permettant de voir (et de faire des photos) au travers.

trackback

[…] Archives « Super défi – Semaine 6 : un affût est-il obligatoire pour photographier les lapins de garenn… […]

jérôme
Invité

Salut Régis,

Personnellement j’utilise une tenue camo, je suis un amoureux de la nature et de la photo animalière alors même si après mon shoot je fige mon animal je me prend pas pour un chasseur pour autant et en ce qui conserne les tenue camo ca reste pour moi la tenue idéal pour l’approche qui est primordiale en photo animalière

Raf
Invité

il fallait bien lire « davantage peur » .

Raf
Invité

Salut Régis,

Je me demande si une tenue camo ne fait pas davantage peut au « gibier potentiel » quand on est repéré qu’une tenue normale. Comme si la bête nous prenait pour un chasseur…

Eric
Invité

Bonjour Régis
Je n’écris pas ce commentaire pour te donner un avis sur mon expérience en la matière car je n’en ai pas , mais ce que je remarque et je pense ce qui fait un de tes points forts en dehors de la prise de vue , c’est ton sens de l’analyse et de la communiquer qui t’amènera très certainement de faire de « Grandes » photos.
Amicalement.
Eric

Cris
Invité

Salut Régis,

man recette est simple, je pose mon trépied en position base quasiment raz du sol, je dépose un filet de camouflage par dessus et je me cache dessous.
Alors bien évidement, comme tu le mentionne très justement il y a pas mal de contraintes car on ne peu pas trop bouger, se gratter etc … , la position fait mal au cou, c’est pas confortable du tout et j’en passe, mais le gain de temps n’est pas négligeable et puis pas la peine de demander une autorisation pour monter un affut, et puis honnêtement, mis à part dans ton cas précis ou tu compte suivre leurs aventures durant 1 an, construire un affut c’est pas mal de temps « perdu » pour quelques séances photos car perso, après avoir eu quelques photos de garenne on passe souvent à autre chose, on ne s’éternise pas sur du lapins.

Donc pour résumer, l’affut peu être utile pour ton projet, par contre pour réussir quelques photos, je pense qu’un simple filet est assez.