Sélectionner une page

Pour le neuvième épisode de l’émission Une Question / Une Réponse, je vous explique comment faire pour réussir à photographier les couchers de soleil !

Vous pouvez retrouver les précédents épisodes ici.

Pour synthèse, voici une photo du tableau blanc. Pour la télécharger, pensez à faire un clic droit > enregistrer sous.

photographier_coucher_soleil-1

Quelques photos de coucher de soleil

coucher-soleil

photographie_coucher_de_soleil1

photographie_coucher_de_soleil2

photographie_coucher_de_soleil3

photographie_coucher_de_soleil4

photographie_coucher_de_soleil5

Transcription texte de la vidéo

Salut à tous les passionnés de photo animalière et de nature ! Je vous retrouve avec un grand plaisir pour le 9ème épisode de l’unique émission sur la photo animalière du web 1 Question 1 Réponse.  Je vais vous parler aujourd’hui de coucher de soleil.

J’ai la chance d’habiter à la campagne et en plus d’avoir une terrasse orientée sud ouest. Et, tous les soirs, je peux voir les superbes couchers de soleils. 365 jours sur 365 j’ai accès à ce superbe spectacle. Oui, c’est vrai, des fois des gros nuages bien épais gênent un peu !

Donc aujourd’hui je ne réponds pas à une de vos questions, mais à une envie toute personnelle de vous aider à mieux photographier les couchers de soleils. Car c’est un peu comme les cascades, la marge de progression pour les photographes débutants est immense. Passer d’une photo de cascade figée à un magnifique effet de filé est d’une simplicité enfantine et donne à coup sur des images incroyables. C’est pareil avec les couchers de soleil. Si on se contente de shooter ce qu’on voit, ce sera d’un ennui mortel. Si on applique quelques règles très simples, ce sera magnifique.

Allez, c’est parti pour 10 minutes de conseils pour mieux photographier les couchers de soleil !

Être prêt à l’avance

Une photo de coucher de soleil, ça se prépare. Rien de bien sorcier, mais ne vous dites pas : je verrai une fois sur place. Première chose à faire : connaitre précisément les horaires du coucher. Mais pas seulement : connaitre les moments des belles lumières. Vous avez en gros une fenêtre de 30 minutes autour du moment du coucher pour profiter des fameuses lumières dorées. 15 minutes avant et 15 minutes après. Pas le temps donc d’hésiter et de tergiverser.

Voici ce que vous devez faire pour être prêt :

  • Utiliser un site qui vous donne les heures de coucher, avec les moments de belle lumière. J’utilise b-roll.net, je vous le mets en lien en dessous de la vidéo. Et voici en quelques secondes comment l’utiliser.
  • Utiliser un site pour vous donner l’endroit exact où va se coucher le soleil. Idéal pour anticiper une belle lumière sur un spot que vous pensez intéressant. Idéal encore pour des lieux que vous ne connaissez pas. Voici à nouveau une petite démonstration d’un outil que j’utilise : Photo Ephemeris. Je vous mets le lien en dessous de la vidéo.
  • Ensuite, je vais développer plus loin mais sachez qu’un ciel chargé de nuages est souvent plus intéressant qu’un beau ciel vide ! Surveillez la météo et préférez sortir par une météo nuageuse. Mais j’y reviens. Rendez-vous donc sur le site de Météo France, vous connaissez !

Pour mon exemple, je sais que ce soir je devrai être sur les lieux au moins 30 minutes avec le coucher, donc au moins 15 minutes avant le début de la meilleure lumière. Pour placer mon trépied, faire mes réglages et attendre sereinement !

Deux privilégiez les nuages !

On aime tous avoir en pleine journée un ciel tout bleu. Mais ce type de ciel n’est pas le mieux pour la photo de coucher de soleil. Il vaut 100 fois mieux avoir un ciel chargé de nuages avec de belles trouées. Rien de tel pour avoir du contraste, de la matière, du relief dans l’image. Bref, pour créer une photo qui a du caractère !

Pour des couleurs extraordinaires, le mieux étant les nuages d’altitude, comme les Cirrus. Ce sont eux qui vont le mieux réfléchir les derniers rayons lumineux rouges et orangés. Les nuages plus bas, comme les Cumulus, vont eux donner plus de contraste, de relief.

Soignez votre composition

C’est pour ça que je vous disais tout à l’heure d’être sur place 15 minutes avec le début des belles couleurs. C’est pour faire ses réglages, dont je vous parle juste après. Mais avant ça, s’il vous plait faites une composition d’image bien léchée. Prenez votre trépied, indispensable pour bloquer le cadrage une fois que vous l’avez trouvé. Et prenez le temps de trouver le bon cadrage.

La première question à vous poser est : que voulez-vous mettre en valeur ? Les nuages colorés ? Le reflet du soleil sur l’eau ? La silhouette de l’arbre au premier plan en ombre chinoise ? A vous de voir mais une fois que c’est décidé, tenez-vous à ce choix et mettez le avant. L’oeil doit aller sur cet élément directement.

Pour ça, la règle des tiers est une valeur sure, restez dans du classique en mettant le soleil, par exemple, sur un des quatre points forts de l’image. Idem pour l’horizon, ne le mettez surtout pas au milieu de l’image. Ça la coupe en deux et c’est pire que tout ! Photographier 1/3 de ciel et 2/3 de terre ou l’inverse. C’est beaucoup plus équilibré comme ça.

Note : j’avais écris un article qui a bien plu sur 3 méthodes de composition qui marchent.

Les réglages

Une question qui revient souvent. Comme vous dirigez l’appareil vers une source de lumière, vous devriez avoir une lumière suffisante. Donc pas la peine de monter dans les ISO. 200 fera l’affaire. Choisissez une petite ouverture de diaphragme, c’est à dire un petit trou. Ainsi, vous aurez une grande profondeur de champ.

Pour la mesure de l’exposition, si vous voulez avoir le ciel, les nuages, bien exposés, voici ce qu’il faut faire : vous mettre en mesure spot, viser une zone de lumière haute, à coté du soleil, puis verrouiller l’exposition.

Pour la mise au point, faites la sur le sujet que vous voulez mettre en valeur évidemment. L’autofocus devrait pouvoir s’en sortir car il y a de la lumière et du contraste avec un ciel nuageux.

Un peu de post-traitement

Je ne suis pas un grand spécialise du post-traitement, je veux die que je ne connais pas les possibilités de Lightroom sur le bout des doigts. par contre, je sais l’importance de prendre un peu de temps pour terminer sa prise de vue par un passage au développement numérique.

Shooter donc en RAW, et avec votre logiciel de développement préféré, faites des petits ajustements qui changent tout : augmenter un peu la netteté pour la texture des nuages, augmenter le contraste et la saturation, raisonnablement, pour donner un coté dramatique à l’image. Modifiez la balance des blancs pour avoir des tons plus chauds. Ça vaut le coup de le faire et ça prendre 3 minutes !

Note : j’avais fais un webinaire sur ce sujet avec un spécialiste sur le post-traitement en photo animalière.

Si ça vous a plus, partagez sur Facebook, sur Twitter , envoyez pas mail ! C’est juste là à gauche de la vidéo.

A la semaine prochaine prenez soin de vous et prenez de belles photos ciao ciao !

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color= » custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color= » icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’ av_uid=’av-2py5x5′]