7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Dans cet article, vous allez apprendre 7 astuces pour mieux photographier les animaux en hiver.

Astuce 1 – L’hiver, le soleil est votre ami

Savez-vous pourquoi il faut plus froid en hiver qu’en été ? Hum … ? Voici une petite liste de réponses. Parmi elles se trouve 2 bonnes réponses alors que les autres sont du pipeau. Saurez-vous les retrouver ?

  1. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que le soleil chauffe moins (le con !)
  2. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que les volcans du monde entier se reposent et du coup il y a moins de lave qui va réchauffer l’ai donc il faut plus froid.
  3. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que le noyau de la Terre se refroidit, il passe de 10 000°C à 2 500°C
  4. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que le soleil est moins haut dans le ciel au mois de décembre qu’en juin
  5. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que la Terre s’éloigne du soleil alors il y a moins de chaleur qui nous réchauffe
  6. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que les jours durent moins longtemps ce qui fait que le soleil a moins le temps de chauffer la terre

Tadaaaaa ! Et les bonnes réponses sont … la 4 et la 6. Rassurez-moi, vous n’avez pas répondu autre chose que ces deux là ? Si ? Rhooooo 🙂 Je sens que certains ne me croient pas sur parole (enfin sur écrits) alors voici une expérience en vidéo qui mettra tout le monde d’accord.

Au fait, quel est l’intérêt de parler de la température et de la hauteur du soleil dans le ciel en hiver ? Surtout sur un blog de photo animalière. Et bien tout est lié, mon cher watson. C’est une excellente nouvelle, pour nous, photographes animaliers que la course apparente du soleil dans le ciel soit plus basse en hiver qu’en été.

Je développe ? Cela signifie simplement que les fameuses « Golden Hours », « Magic Hours » ou les « Heures d’or magiques » sont disponibles plus longtemps dans la journée. On peut quasiment photographier à toutes heures et profiter quand même d’une lumière rasante. Pas la peine d’avoir à attendre des plombes entre le matin et le soir. Certes, les couleurs chaudes, oranges, jaunes, dorées qu’on aime tant n’y sont pas toujours elles : attendre le matin et le soir est indispensable. Par contre, c’est ça qu’est bien, les éclairages dures et violents sont en hibernation, eux.

Et accessoirement, fini pour quelques mois les levers à 4 heures du mat’ pour choper la belle lumière rasante du matin. 07h30 ça suffit ! Voyez un peu ça :

  • heure du lever du soleil àDijon le 22 décembre : 08h25 … perso avec ça je me lève à 07h30 pour une sortie photo (tout est préparé de la veille bien entendu 🙂 )
  • heure du lever du soleil à Dijon le 22 juin : 05h42 … perso avec ça je me lève à … ben non, en fait je me lève pas, je fais des photos et des vidéos de blaireaux le soir !  😉

Ce site là est super pour connaitre vite fait les horaires de lever et coucher du soleil : les horaires du soleil

Regardez cette photo, je l’ai prise en tout début d’après-midi de novembre. Le soleil bas donne des ombres basses qui donne de la texture et du relief à la scène qui donne une photo bien chouette. J’ai pas, mais la même scène à la même heure en pleine été n’était même pas envisageable.

La contre-partie, comme si toute bonne chose devait être compensée, c’est que l’activité animale et florale est toute morte. Pas grand chose à se mettre sous la dent à comparer  de l’explosion printanière. Enfin, ça, c’était avant de lire l’astuce n°2 !

arbre-reflet-hiver

Photo prise à 15h30 fin novembre. ISO 200 – f/4 – 1/3000

Astuce 2 – Les flocons, la neige, la glace, le givre

C’est connu, et pourtant nous ne prenons même plus le temps de les observer. Je veux parler des flocons de neige. Rendez-vous compte : ils ont tous en commun d’avoir une symétrie hexagonale. A bien y réfléchir, c’est quand même dingue non ? Comment ce qui semble être fabriqué dans la plus grande anarchie tout là haut finit par tomber sur notre manche de blouson avec cette forme hexagonale ? Ne comptez pas sur moi pour vous l’expliquer, je crois même que c’est encore un mystère.

Bref, ce que je veux dire c’est que nous avons, nous photographes animaliers et de nature, une matière incroyable à disposition pour faire péter des photos qui tuent. Les objectifs macro seront parfaits pour saisir la forme géométrique des flocons. Avec ces cailloux, la distance de mise au point très rapprochée permet d’être très proche du flocon et de saisir sa forme.

Deux secondes de réflexion suffisent à se rendre compte que prendre en photo un flocon sur la neige est voué à l’échec. Blanc sur blanc n’a jamais donné grand chose. Je vous livre donc une astuce de grand-mère. S’il neige, sortez vite un tissu foncé qu’il prenne le froid et laissez les flocons tomber dessus. Contraste et effets visuels garantis.

Rassurez-vous si vous n’avez pas l’objectif macro Canon MP-E 65. D’autres choses tout aussi intéressantes sont à faire grâce au miracle du givre et de la glace :

  • le givre du matin autorise de se lâcher un peu et de faire de la photo nature abstraite
  • les traces de pattes dans la neige permet de suggérer la présence de l’animal sans le montrer
  • les formes et les motifs de l’eau glacée donne accès à une multitude de compositions possibles

Tiens, il y a un truc que j’adore faire : me mettre à quatre pattes et observer les feuilles d’automne prisonnières d’une fine couche de glace. On y trouve souvent des dizaines de micro-bulles ne demandant qu’à sortir de là. Tout cela est très graphique. J’adore.

glace-neige

Rien d’extraordinaire mais ça permet de se faire plaisir ! ISO 800 – f/4 – 1/90 – +1EV

Astuce 3 – La neige trompe votre reflex alors ne vous trompez pas

Rappelez-vous vos premiers pas sur un appareil photo numérique. Les fameux modes Scènes, ceux qu’on utilisait trois fois juste l’APN déballé parce de toute façon après on ne se rappelait même plus qu’on les avait les modes scènes, et bien ces modes comportaient (et comportent toujours, car les fabricants les aiment très fort et ne sont pas près de les lâcher) systématiquement le mode Neige. Que vous l’ayez utilisé ou non, peu importe, mais tous les appareils numériques du monde entier on tous un mode Scène Neige.

Alors pourquoi un tel acharnement ? Parce qu’un environnement neigeux est très particulier. C’est tout blanc ! C’est fou hein ! 🙂 Et selon vous, comment réagit le cerveau numérique d’un APN en présence de tout ce blanc qui brille ? Il se dit ça « bon, là, c’est bien trop blanc et lumineux, alors comme je suis calé sur le mode Auto, je vais limiter ce trop plein de lumière et pondre une photo à l’histogramme bien équilibré en sous-exposant exprès, na ! » Pas bête, sauf qu’au final, la neige apparaitra grise au lieu d’être blanche. Plutôt bête si !

Donc, vous en avez assez du rendu gris de la neige. Alors, hop, éclair de génie, vous activez le mode Scène Neige. Et là miracle ! La neige n’est plus grise comme avant mais blanche ! Trop fort cet appareil. Et voici la réflexion dudit appareil réglé, vous l’avez compris, sur Neige « bon, là, c’est bien trop blanc et lumineux, mais comme je suis calé sur le mode Scène Neige, je ne vais pas suivre les conseils de mon posemètre et au contraire, appliqué une sur-exposition d’office » Pas bête, et ça fonctionne. La neige apparait enfin blanche, et ce, avec un histogramme décalé vers la droite. Mais on s’en fiche, ce qu’on veut nous c’est une neige blanche.

Evidemment, je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut choisir le mode Scène Neige de votre reflex. Continuez à utiliser la priorité ouverture ou vitesse. Par contre, appliquez systématiquement une correction d’exposition de +1ou +2 IL . Le but étant, je vous le rappelle, de forcer l’appareil à produire une image plus lumineuse qu’il ne l’aurait fait sans cette sur-exposition forcée.

mésange-longue-queue-neige

Mésange à longue. Ici je n’ai pas appliqué la correction d’exposition, voilà ce que ça donne : une neige grise toute terne. ISO 800 – f/4 – 1/350 0EV

mésange-longue-queue-neige-1

Heureusement on peut rectifier l’expositon grâce au travail sur le RAW avec Aperture … mais c’est mieux de le faire à la source !

Astuce 4 – Le froid plombe la batterie

Plus jamais ça ! Plus jamais je serai en panne de reflex à cause de piles vides. Piles pourtant chargées à bloc la veille au soir. Je n’en croyais pas mes jumelles. Le froid (grand froid même cette année) avait littéralement pompé l’énergie de mes accus. Techniquement, c’est assez simple à expliquer, tellement simple que je laisse cela à d’autres : cliquez ici pour comprendre facilement pourquoi les batteries se déchargent plus avec le froid (hi hi hi) 🙂

Alors quoi faire. Les recharger à fond avant la sortie ? Insuffisant. Voici quelques trucs :

  • avoir un jeu d’accus (rechargés 😉 ) en plus
  • placer ledit jeu d’accus supplémentaire au chaud (poche intérieure) sinon le froid « attaque » aussi la 2ème batterie
  • placer ledit jeu d’accus à coté d’une chaufferette de poche
  • utiliser le reflex de votre arrière grand-père, tout manuel tout mécanique et sans pile 🙂

Dans le même ordre d’idée, si vous partez pour une séance photo à l’affût, ne portez pas votre reflex à la main, en bandoulière, bref à exposer au froid et au vent. Calé dans le sac à dos, il sera à l’abri. Ce seront ainsi plusieurs dizaines de minutes gagnées en autonomie dans l’affût.

rouge-gorge neige

Dans l’affût, il vaut mieux être réactif et ne pas changer d’accus au mauvais moment ! ISO 200 – f/5.6 – 1/180 – + 0.5EV

Astuce 5 – Attention aussi au chaud !

Le mieux est l’ennemi du bien. Le reflex dans le sac à dos j’ai dis. Pas au chaud sous le manteau. Ok, les piles vont aimer, mais pas l’appareil. Enfin, si, le chaud il aime, ce qu’il appréciera moins par contre, c’est la sortie dans le froid. Et pour cause : la neige tombant sur le plastique « chaud » va fondre. L’eau liquide ainsi formée va geler et risque de causer plus de soucis que le flocon restant flocon sur le boitier. Donc dans le sac à dos, s’il vous plait, à l’abri du vent.

Encore autre chose ? Ne chauffez pas la voiture ! De toute façon vous allez vraisemblablement passer de longues heures dans le froid alors quelques minutes de plus ou de moins … Cette astuce que j’appelle l’astuce-de-la-voiture-froide rejoint le truc précédent. Les appareils électroniques n’apprécient guère les changements brusques de température. Alors passer de 20 ° C à – 10 ° C vous comprendrez que ça le fait pô.

Et c’est pas tout ! Dans votre habitacle soigneusement chauffé à 2 ° C, vous allez garder gants, bonnet blouson et tout et tout. Z’êtes opérationnels tout de suite ! Si jamais une buse variable toute blanche (presque toute blanche) se trouve sur un piquet : tac, utiliser l’affût parfait qu’est votre voiture se fait très très vite.

Et puis on est tous un peu fainéant. Si vous aviez à remettre tout l’attirail vestimentaire sur le dos pour tenter une photo … vous ne le feriez pas ! Alors que là, y a juste à descendre de la voiture, tout est prêt !

Etourneau Sansonnet

Faut être réactif en photo animalière et ne pas mettre 3 jours à s’habiller quand une occasion se présente ! ISO 800 – f/5.6 – 1/180 – + 0.5 EV

Astuce 6 – Le camouflage photo en hiver

Je devrais d’ailleurs parler de camouflage lorsqu’il neige ! En France quand il ne neige pas, le camouflage le plus efficace est celui qui correspond à paysages faits de bocage et de forêts : du vert, du marron, du jaune, et tout ça un peu mélangé. Maintenant, ce même environnement maculé de blanc ne sied plus du tout à votre camouflage habituel.

Pas la peine d’avoir fait Saint-Cyr pour anticiper la solution : troquer la tenue marronasse par une tenue blanchasse. On trouve cela facilement sur internet chez Jama par exemple :

Ces équipements ne sont pas donnés, faut voir chez vous si ça vaut le coup d’investir. Dans l’Auxois (petit pays bourguignon), il neige 7 jours par an à tout casser. Trop peu. Alors j’ai piqué un drap blanc dans le dressing conjugal. Je me suis fait un plaisir de la salir avec de la terre et le résultat et très convenable pour les jours de neige.

lapin-garenne-neige (1)

Mon petit drap blanc arrangé par mes soins m’a permis une approche raisonnable. ISO 400 – f/5.6 – 1/250 – + 1EV

Astuce 7 – Surveillez votre haleine !

C’est vrai quoi ! On n’a pas idée de faire une sortie photo sans se laver les dents :-). Je plaisante bien sur. Il fallait plutôt dire surveillez votre souffle. Pour moi, c’est le gros point noir de mes sorties hivernales. Quelle plaie cette buée qui vient se mettre sur le viseur. Et après pour la faire partir, c’est quasi impossible. Je déteste sentir la bonne photo poindre, mettre l’oeil dans le viseur, et découvrir avec horreur que celui-ci est tout embué !

Je vous propose donc deux solutions. Une que je pratique et l’autre non … j’ose pas !

  • première astuce : j’utilise le tissu de ma cagoule pour tenter de dévier la trajectoire de mon souffle. Souffler par le nez pour que l’air aille vers le bas, ça peut marcher aussi. Problème, il suffit d’un souffle d’inattention pour que tous ces efforts soient vain en se retrouvant avec le viseur inutilisable.
  • deuxième astuce : utiliser un tuba. J’ai lu sur un site anglais que certains photographes spécialistes de la faune d’Alaska utilisaient des tubas ! Oui, les tubas des plongeurs ! En mettant un coup de gaffeur sur le tube, pourquoi pas mais faut voir combien de temps il est possible de tenir avec ça dans la bouche. Et puis, si un renard farceur s’amuse à mettre sa patte sur le tuba, on peut plus respirer 🙂

Si certains ont l’astuce qui tue, partagez-la dans les commentaires !

L'effet marbré sur le devant est obtenu grâce à une  ouverture savament dosée et la mise au point faite sur la tige. ISO 200 - f/9.5 - 1/500 -  +1 EV

L’effet marbré sur le devant est obtenu grâce à une ouverture savament dosée et la mise au point faite sur la tige. ISO 200 – f/9.5 – 1/500 – +1 EV

Ah, j’allais oublier. J’avais écrit un article qui devrait vous plaire à l’approche de l’hiver : comment photographier les oiseaux grâce à la neige. Et puis ça aussi : 4 astuces (déjà !) pour rester motiver en hiver

Et la surprise !

Téléchargez, imprimez, partagez, diffusez, faites ce que vous voulez avec le résumé de l’article sous forme super pratique de Fiche PDF. Cliquez juste sur l’image ci-dessous.

fiche-pdf-photographier-nature-animaux-hiver

Participez à la discussion ou posez votre question !

35 Commentaires sur "7 astuces pour la photographie animalière en hiver"

Être prévenu ...
avatar
10000
Trier par:   le plus récent | le plus ancien | le plus populaire
trackback

[…] Et puisque sur Auxois Nature, l’objectif affiché est de vous apprendre la photographie animalière, il s’agit pour moi de ne pas tomber dans le travers des listes. Bon, j’en fait bien quelques fois en prenant garde tout de même de garder un coté pédagogique. Comment dans 10 questions essentielles à se poser en photo animalière ou encore 7 astuces pour la photographie animalière en hiver. […]

Website Templates
Invité

merci pour les astuce

Stéphane
Invité

Bonjour Régis, Bonjour à tous,

J’ai téléchargé une appli android qui affiche les lever et coucher du soleil selon sa position GPS ; on peut aussi programmer une alarme : pas mal non ?
Il s’agit de HELIOS

Sinon, pour le gel des doigts, je porte des gants de soie en 1ère couche, puis des gants qui « se décapotent » en mitaines en 2ème couche.
Comme ça, en affût, quand il fait encore nuit ou que ça ne bouge pas trop, je recouvre totalement mes doigts. Puis dès que ça s’active, je les « décapote » et je fais mes réglages avec les gants de soie. [je les ai trouvés dans une grande surface de sport qui commence par un D pour une dizaine d’euros]

chrispixl
Invité

Bonsoir Régis,

Je passe te souhaiter une bonne année 2014,
et te remercier pour tes nombreux et bons conseils de 2013.

Chris

nanardpvt18
Invité

Du bon sens, encore du bon sens et toujours du bon sens, bravo et merci pour toutes ces astuces !

J ‘en ai une petite (d’astuce !) a communiquer (c’est un truc de plongeur): mouillez votre viseur avec de la salive (beark) puis essuyez, c’est tout ! normalement la buée aura beaucoup plus de difficultés à apparaître (ne me demandez pas pourquoi je ne suis pas scientifique, l’essentiel c’est que ça marche !).

alain
Invité

bonjour Régis , merci pour cette piqure de rappel toujours intéressant de te lireet de te relire pour ne pas oublier le moment venus

stream
Invité

article tres bienredigé, humour, technique, je connaissait pas le site je reviendrais
voici pour illustré les flocons et une video sur comment se forme les flocons 😉
http://www.abovetopsecret.com/forum/thread988453/pg1

lagoutte
Invité

Bonjour Régis,
Merci pour vos articles fort intéressants.
Hors sujet, Juste une question, j’ai photographié un papillon dont je ne trouve pas le nom, peut-être pourrai-je vous l’ envoyer pour l’identification ? La photo est assez réussie.
Bien cordialement,
Christiane Lagoutte

Didier
Invité

Bonjour Régis (et tous les autres 😉 ),

Et les doigts ? T’en parles pas des doigts ! C’est petites choses très utiles pour faire les réglages qui deviennent durs et douloureux :'(

Autre chose, tu parle de la buée sur le viseur, c’est bien. Mais attention au choc thermique quand on sort l’appareil du sac ou de la voiture (bah ce n’est qu’un sac un peu plus grand) qui provoque également de la buée sur la lentille frontale. Et on a bon frotter, frotter, elle revient toujours cette p… de buée tant qu ela lentille n’est pas à bonne température.

Merci pour le lien pour les coucher/lever de soleil. Il existe aussi un autre site qui permet de définir à quelle position sur l’horizon se lèvera /couchera le soleil (pratique en toute saison) mais je n’ai plus le nom de mémoire (je me fais vieux).

Espaeth
Invité

Merci pour le lien des horaires de levers et couchers de soleil, précieux!
Ici j’ai déjà tenté des bricoles mais il faut en effet se lever malgré tout tôt surtout quand il y a un temps de déplacement à prendre en compte. Les photos sont difficiles, de vrais challenges d’autant que niveau givre ça fluctue beaucoup! (par exemple) De manière générale il faut avoir le moral pour photographier en hiver (et de bonnes tenues)… j’ai été voir ton article mais à part le seul plaisir d’être dehors (plaisir un peu masochiste vu les pieds gelés que je me ramène parfois mais qui -fort heureusement- se réchauffent dès que je peux me remettre à marcher) et la découverte de la nouveauté, j’ai un peu de mal à être motivée ou en tout cas à sortir des choses qui me plaisent. Quant à la batterie -neuve- je touche du bois, elle tient plutôt bien le coup.
Merci pour ces conseils voire rappels et bonne semaine. 😉

Photard26
Invité

On sur-expose la neige, on sous-expose le charbon…
alors qu’on aurait tendance à faire l’inverse.

lyly_anne
Invité

oui sympa ces infos a l’entrée de l’hiver j’ai eu la mauvaise surprise d’avoir de la neige bleue!!!!

Photard26
Invité

Je trouve dommage que les « copyright » soient placés en plein milieu des photos ce qui pourri considérablement leur lecture.
Simon sympa l’article (un petit coup de correcteur orthographique eut été bénéfique tout de même)

C’est toujours intéressant de lire ou relire des conseils pratiques et enrichissant pour l’auteur de partager son expérience.

Bravo et merci

Christian
Invité

Merci pour tous ces conseils si précieux . Certains paraissent évidents, d’autres le sont moins, je n’y avais même pas pensé.
Bien à vous.
Christian

wpDiscuz